La Bourse de Paris repart de l’avant après un début de semaine difficile (+0,82%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

2La Bourse de Paris repart de l’avant après un début de semaine difficile (+0,82%)2

L’indice CAC 40 a pris 40,35 points à 4.952,51 points, dans un volume d’échanges peu étoffé de 3,1 milliards d’euros. Laveille, il avait terminé presque stable après une forte baisse lundi (-1,46%).

Le marché parisien a retrouvé des couleurs après avoir temporisé depuis le début de la semaine, mais cette hausse s’est inscrite dans un marché calme en ce 11 novembre.

"Il est difficile de donner beaucoup de consistance à cette hausse qui se fait dans de faibles volumes en raison d’un jour férié, ce qui peut amplifier les mouvements", note Andrea Tuéni, analyste chez Saxo Banque.

Il rappelle qu’après un mois d’octobre très favorable, "les investisseurs ont eu besoin de reprendre leur souffle et sont dans une phase de transition en attendant de nouveaux éléments pour alimenter la hausse et s’installer au-dessus des 5.000 points".

La séance a été dépourvue de tout indicateur notable et les investisseurs n’ont par ailleurs pas réagi à un discours du président de la BCE, Mario Draghi, à la Banque d’Angleterre (BoE), qui n’a pas donné d’élément supplémentaire sur la politique monétaire.

Pour Jasper Lawler, analyste chez CMC Markets, l’une des explications à la hausse des marchés européens tient à des propos tenus parun membre de la Banque centrale européenne, le gouverneur de la Banque d’Italie Ignazio Visco.

Ce dernier "a répété qu’un changement dans le programme de rachat d’actifs et/ou une baisse du taux de dépôt seront envisagés" par la BCE lors de sa réunion de décembre, selon l’analyste.

Les marchés attendent beaucoup de la BCE, qui a prévenu qu’elle en ferait plus pour relancer l’économie en zone euro et lutter contre la faiblesse de l’inflation.

Parmi les valeurs, Vivendi a chuté (-5,84% à 20,38 euros), pénalisé par une perte nette au troisième trimestre, en raison d’une charge d’impôt plus lourde et en l’absence des plus-values de cessions qui avaient gonflé ses résultats l’année précédente.

Le marché a été tiré vers le haut par des poids lourds de la cote comme Kering (+1,46% à 173,45 euros), LVMH (+2,08% à 171,90 euros), Danone (+1,67% à 64,61 euros) et Orange (+1,10% à 16,58 euros).

L’Oréal a profité (+2,85% à 169,85 euros) du relèvement de sa recommandation par Morgan Stanley.

Vallourec a rebondi (+2,64% à 9,19 euros), récupérant une partie du terrain perdu lors d’une séance très difficile mardi.

jbo/sw/gib

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.