La Bourse de Paris repart de l’avant au lendemain de la Fed (+1,05%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

2La Bourse de Paris repart de l’avant au lendemain de la Fed (+1,05%)2

L’indice CAC 40 a pris 49,99 points à 4.819,23 points, dans un volume d’échanges nourri de 4,9 milliards d’euros. La veille, le marché parisien avait marqué le pas, reculant de 0,72%.

La cote parisienne a débuté timidement dans le vert avant de gagner en assurance, un début en légère hausse à la Bourse de New York ne venant pas contrarier l’indice.

"Le marché reprend son rythme haussier" au lendemain de la Fed et après avoir marqué "une petite pause hier", constate auprès de l’AFP Daniel Larrouturou, directeur général délégué de Diamant Bleu Gestion.

"Ce sont principalement les conséquences de la réunion de la Fed qui se traduisent par une dégradation du marché obligataire et une réallocation vers les actions et les secteurs les plus susceptibles d’être favorisés parune hausse des taux d’intérêt", comme les banques, ajoute-t-il.

La banque centrale américaine a, comme l’anticipaient les marchés, relevé de nouveau mercredi soir ses taux d’intérêt après l’amélioration de la conjoncture aux États-Unis, à un mois de l’entrée en fonctiondu président élu Donald Trump.

Les membres de la Fed ont en outre affiché leur volonté de procéder à un resserrement monétaire plus rapide que prévu pour éviter une surchauffe et tablent désormais sur trois hausses des taux en 2017, contre deux prévues il y a trois mois.

La baisse de l’euro par rapport au dollar a par ailleurs constitué un "facteur de soutien pour l’ensemble des valeurs exportatrices", observe M. Larrouturou.

De son côté, la Banque d’Angleterre (BoE) a laissé inchangée sa politique monétaire de relance, en continuant d’anticiperun net ralentissement de l’activité pour 2017 au Royaume-Uni du fait des incertitudes entourant le Brexit.

EDF a plongé de 12,68% à 9,78 euros, pénalisé par la perspective d’un exercice 2017 difficile pour le groupe alors que le groupe a scellé les conditions de la cession partielle, annoncée cet été, de sa filiale RTE, qui va l’aider à se renflouer.

Le secteur bancaire a eu le vent en poupe, la remontée des taux d’intérêt jouant en leur faveur. Société Générale a gagné 3,42% à 47,50 euros, Crédit Agricole 3,77% à 11,98 euros et BNP Paribas 5,31% à 61,70 euros.

Vivendi a pris 0,66% à 18,20 euros. Le groupe de médias français et la famille de l’ancien président du Conseil italien Silvio Berlusconi ont amplifié leur lutte pour le contrôle du groupe de télévision Mediaset, sous le regard critique du gouvernement italien.

Dans le secteur automobile, Renault a profité (+1,37% à 84,07 euros) d’une hausse de 16,8% de ses immatriculations par rapport à novembre 2015, qui lui a permis le mois dernier de ravir la place de deuxième constructeur automobile européen en terme d’immatriculations de voitures particulièresneuves à Peugeot qui n’a pas moins progressé pour autant (+1,68% à 15,77 euros).

cc/ef/eb

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.