La Bourse de Paris recule après ses récentes hausses (-0,83%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

2La Bourse de Paris recule après ses récentes hausses (-0,83%)2

A 09H27 , l’indice CAC 40 perdait 41,44 points à 4.922,91 points. Vendredi, il avait terminé stable (+0,02%) pour la troisième séance de hausse consécutive.

"Aujourd’hui débute officiellement le +quantitative easing+ (assouplissement quantitatif)" de la BCE, un programme de rachat d’actifs qui s’étend aux dettes souveraines, rappellent les analystes de Saxo Banque.

"Si ce démarrage ne devrait pas amplifier la tendance que nous connaissons déjà depuis que les anticipations ont pris place fin 2014, il marque cependant un changement historique de la politique monétaire" de la BCE, estime John Plassard de Mirabaud Securities.

Fin janvier, l’institution monétaire de Francfort avait annoncé la mise en oeuvre d’un vaste programme de rachats de dettes publiques et privées pour plus de 1.000 milliards d’euros d’ici septembre 2016, sur le modèle des programmes de la Banque d’Angleterre ou de la Réserve fédérale, afin de relancer la très faible dynamique des prix en zone euro.

Les marchés doivent cependant compter avec un changement prochain dans la politique monétaire de la banque centrale américaine (Fed).

"Il faudra donc surveiller avec attention les prochaines statistiques sur ce thème pour essayer de comprendre quand la Fed devrait remonter ses taux d’intérêt pour la première fois depuis 2006", fait remarquer M. Plassard.

Les investisseurs garderont par ailleurs un oeil sur l’évolution des discussions entre la Grèce et la zone euro, alors qu’une réunion des ministres des Finances de l’Union monétaire doit se tenir à Bruxelles.

Le ministre grec des Finances Yanis Varoufakis a fait monter les enjeux dimanche à la veille de cette réunion en évoquant la possibilité de nouvelles élections, voire même d’un référendum sur un accord sur la dette.

Côté indicateurs, l’agenda est clairsemé. Le Japon a renoué avec la croissance au quatrième trimestre, mais plus modestement qu’annoncé mi-février.

En Allemagne, l’excédent commercial s’est contracté en janvier par rapport à décembre tandis qu’en France, la Banque de France a légèrement abaissélundi sa prévision de croissance pour le premier trimestre 2015.

Du côté des valeurs, Air France-KLM (+0,30% à 7,05 euros) s’est vu infliger par l’Autorité des marchés financiers (AMF) une sanction d’un million d’euros et de 40.000 euros à son ancien patron, dans un dossier relatifà la communication financière du groupe pendant l’exercice 2010-2011. Par ailleurs, le trafic passagers du groupe est resté stable en février avec une baisse marquée dans la zone Afrique/Moyen-Orient compensée par un rebond en Amérique du Nord.

SES (-0,98% à 31,26 euros) ne profitait pas d’un accord avec Arianespace pour la mise en orbite d’un satellite tout-électrique et avec Airbus (-0,84% à 58,92 euros) pour la fabrication d’un autre.

Saint-Gobain (-0,27% à 40,12 euros) ne profitait pas non plus d’un relèvement de recommandation à "surpondérer" contre "neutre" auparavant par les analystes de HSBC.

En revanche, Euler Hermes (-2,44% à 100,10 euros) souffrait d’un abaissement de recommandation à "sous-pondérer" contre "neutre" auparavant par HSBC.

Le secteur immobilier était également pénalisé. Unibail-Rodamco (-2,78% à 246,30 euros) et Icade (-2,38% à 76,21 euros) pâtissaient d’un abaissement de recommandation par JPMorgan, tout comme Klepierre (-2,45% à 42,41 euros) par HSBC.

Foncière des Régions perdait 2,62% à 85,51 euros dans leur sillage.

cc/boc/ggy

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.