La Bourse de Paris recule nettement (-0,92%), la faute à Wall Street

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris recule nettement (-0,92%), la faute à Wall Street

A 09H47 , l’indice CAC 40 perdait 42,97 points à 4.651,41 points. Vendredi, il avait terminé à l’équilibre (+0,04%) à 4.694,38 points.

Vendredi, Wall Street a connu sa pire débâcle hebdomadaire depuis 2008. Le numéro deux du Comité monétaire de la Banque centrale américaine a pourtant tenté vendredi de convaincre les marchés que l’institution entendait leurs inquiétudes, maisrien n’y a fait. Le Dow Jones Industrial Average a perdu 1,81% le Nasdaq 2,99% et le S&P 500 2,06%.

Les places boursières chinoises ont ouvert elles aussi en repli lundi, après le plongeon de vendredi à Wall Street.

L’évolution de l’indice est dictée par la clôture des marchés américains de vendredi et "une crainte d’avoir une prolongation du shutdown d’une partie de l’administration américaine", indiquent dans une note les experts de Mirabaud Securities Genève.

"Les interrogations concernant l’avenir du président de la Fed, Jerome Powell, sont aussi des éléments qui fragilisent la confiance des investisseurs", ajoutent-ils en référence aux informations de presse selon lesquelles Donald Trump aurait discuté en privé de la possibilité de congédier M. Powell.

Parallèlement, le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin a annoncé dimanche avoir eu des discussions individuelles avec les patrons des six principales banques américaines qui lui ont assuré avoir les liquidités suffisantes pour poursuivre normalement leurs opérations malgré le shutdown.

Les investisseurs, qui espéraient une pause de son resserrement monétaire, avaient été frustrés par les annonces de la Fed mercredi, sur fond de craintes pour la croissance en 2019 et de guerre commerciale.

Pour couronner le tout, la période de fermeture des administrations fédérales (shutdown), qui a commencé samedi après l’échec des tractations au Congrès sur le financement d’un mur à la frontière mexicaine voulu par Donald Trump, pourrait durer jusqu’enjanvier, a prévenu un responsable de la Maison Blanche.

Elément positif, la Chine et les Etats-Unis ont fait de "nouveaux progrès" sur la balance commerciale et la propriété intellectuelle au cours d’une conversation téléphonique entre responsables de ces deux pays, a annoncé dimanche le ministère chinois du Commerce.

Les deux pays, qui se livrent une guerre commerciale sans merci, sont parvenus début décembre à s’entendre sur une trêve de 90 jours.

Concernant la zone euro, les mesures prises en France pour calmer la colère des gilets jaunes risquent d’enfreindre aux "règles budgétaires européennes", a critiqué le président de la Banque fédérale d’Allemagne, Jens Weidmann, dans une interview diffusée samedi.

L’action Marie Brizard boit la tasse

L’action Marie Brizard dégringolait de 10,58% à 3,30 euros après l’annonce d’un projet d’augmentation de capital, avec une importante décote, destiné à renflouer le groupe de spiritueux en difficultés financières.

Le titre Euronext réagissait peu (-0,08% à 47,40 euros) après l’annonce d’une offre publique d’achat de 625 millions d’euros pour acquérir la Bourse d’Oslo.

L’action Renault reculait de 1,45% à 54,34 euros, la justice japonaise ayant décidé dimanche de prolonger la garde à vue jusqu’au 1er janvier du patron Carlos Ghosn, qui passera ainsi Noël et le réveillon derrièreles barreaux.

pan/ef/mcj