La Bourse de Paris rebondit au début d’une séance animée (+0,58%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris rebondit au début d’une séance animée (+0,58%)

A 09H26 , l’indice CAC 40 gagnait 31,62 points à 5.512,83 points. La veille, l’indice avait fini en repli de 0,25% à 5.481,21 points.

Les investisseurs faisaient montre de soulagement après des commentaires du président américain Donald Trump lors du Forum économique mondial de Davos, jeudi.

Celui-ci a en effet affirmé sa préférence pour "un dollar fort", à rebours des propos de son secrétaire au Trésor laveille, qui avaient fait chuter la devise américaine.

Ces déclarations ont permis "d’arrêter le mouvement de vente" du dollar, a noté Michael Hewson, un analyste de CMC Markets, offrant donc un peu de répit à la monnaie unique.

Aux alentours de 08h20 GMT vendredi, l’euro s’échangeait contre 1,2470 dollar, alors qu’il avait dépassé 1,25 dollar en cours de journée la veille.

L’euro reste toutefois à ses niveaux les plus élevés depuis trois ans, et la conférence de presse, jeudi, de Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne, n’a paspermis de changer la donne.

"Malgré les perches qui lui étaient tendues, le président de la BCE s’est refusé à tenter de freiner l’appréciation de l’euro. Les cambistes ont ainsi pu avoir l’impression qu’il donnait sa bénédiction à la poursuite de l’appréciation de l’euro", ont analysé les analystes de Aurel BGC.

Ce vendredi, tout en scrutant l’évolution du marché des devises, les investisseurs ont en ligne de mire l’estimation de la croissance américaine au quatrième trimestre, qui pourrait confirmer la bonne santé économique de la première puissance mondiale.

Ils seront également attentifs aux déclarations de Donald Trump, qui doit clore le Forum de Davos par un discours très attendu.

Outre la croissance américaine, le marché étudiera les chiffres du PIB au Royaume-Uni dans la matinée.

La France a quant à elledévoilé une salve de chiffres. La confiance des ménages français s’est un peu dégradée en janvier après deux mois de hausse, malgré un recul des craintes concernant l’évolution du chômage.

Le climat des affaires a légèrement fléchi en janvier, après avoir atteint en décembreson plus haut niveau depuis dix ans.

- LVMH recherché -

Sur le front des valeurs, LVMH était recherché (+3,23% à 247,90 euros) après la publication d’une nouvelle année record en 2017, avec un bénéfice net qui a bondi de 29% en un an pour dépasser les 5 milliards d’euros.

Le secteur des satellites était en berne à l’image de SES (-6,19% à 12,13 euros) et d’Eutelsat (-7,86% à 17,34 euros). Les deux satellites de télécommunications, dont le SES-14, embarqués à bord du lanceur européen Ariane 5 qui a décollé jeudi soir, ont été mis en orbite, mais, fait rare, pas au bon endroit.

Somfy était soutenu (+3,70% à 84 euros) par un chiffre d’affaires en hausse de 10,1% en 2017, même s’il s’attend à une baisse de son résultat opérationnel courant.

Boiron cédait 3,57% à 73 euros en raison d’un chiffre d’affaires de 617,5 millions d’euros en 2017, en hausse de 0,5% sur un an et d’à peine 0,1% hors effets de change, soit un résultat légèrement inférieur aux attentes des analystes.

Chargeurs baissait de 2,27% à 27,50 euros, sans profiter d’un chiffre d’affaires annuel en hausse de 5,3% à 533 millionsd’euros.

M6 était à l’inverse dynamisé (+2,47% à 22,38 euros) par un relèvement de sa recommandation à "acheter" par Liberum.

Vranken-Pommery reculait de 3,36% à 23 euros. Le chiffre d’affaires de la maison de vins et champagne est resté stable en 2017, à 300,2 millionsd’euros, contre 300,1 millions en 2016.

LDLC était pénalisé (-1,81% à 19,54 euros) par un chiffre d’affaires en baisse de 1,9% au troisième trimestre de son exercice décalé.

Pixium Vision s’envolait de 30,51% à 3,55 euros après l’annonce du succès de son nouveau dispositif Prima sur une première personne atteinte de la forme sèche de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA).

lem/tq/mcj