La Bourse de Paris rebondit après avoir souffert en fin de semaine dernière (+0,88%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

2La Bourse de Paris rebondit après avoir souffert en fin de semaine dernière (+0,88%)2

L’indice CAC 40 a pris 41,62 points à 4.756,41 points, dans un volume d’échanges moyen de 3,2 milliards d’euros. Vendredi, il avait fini en baisse de 0,33% après unechute de 3,58% jeudi liée à la BCE.

Le marché parisien s’est relancé en début de séance, avant d’accélérer le rythme au point de prendre près de 2% à la mi-journée, dans une journée dépourvue d’indicateurs économiques notables.

Il a par la suite ralenti le rythme alors que Wall Street évoluait en baisse.

"Le marché a signé un beau rebond jusqu’à l’ouverture américaine. Les investisseurs ont eu la volonté de rajuster un peu leurs positions après l’électrochoc lié à la BCE la semaine dernière", souligne Andrea Tuéni, analyste chez Saxo Banque.

Toutefois, selon lui, "l’ouverture moyenne des marchés américains, pénalisés par les cours du pétrole, a pesé sur le CAC 40".

Le marché a pris du recul après sa déception liée à l’annonce de mesures de soutien à l’économie moins généreuses que prévu jeudi dernier par la Banque centrale européenne .

Les investisseurs profitent de "la clarification de plusieurs membres de la banque centrale européenne ce week-end (dont le président et le vice-président) concernant la réelle intention de l’institution : un soutien sans faille et sans limite à l’économie européenne", résume John Plassard, chez Mirabaud Securities.

Selon M. Plassard, "cela se traduit pleinement à travers la nouvelle faiblesse de la monnaie unique face au dollar qui tente de corriger son tout récent changement de tendance"

M. Tuéni estime, de son côté, que "le marché devrait rester attentiste avant la Fed la semaine prochaine".

Le marché a les yeux tournés vers la Réserve fédérale américaine (Fed), convaincu que l’institution monétaire remontera ses taux à l’occasion d’une réunion très attendue mi-décembre.

Parmi les valeurs, les entreprises exposés aux changes ont profité de la baisse de l’euro face au dollar. Airbus Group a pris 2,94% à 65,89 euros et Essilor 2,84% à 119,55 euros.

Le secteur pétrolier a souffert alors que le cours du Brent à Londres a atteint de nouveaux plus bas en plus de six ans et demi, après que l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a décidé vendredi à Vienne de laisser inchangé son niveau actuel de production.

Total a perdu 1,42% à 42,84 euros, Technip 3,60% à 44,55 euros, Vallourec 5,09% à 8,45 euros et Maurel et Prom 6,18% à 2,72 euros.

CGG a chuté (-5,81% à 2,82 euros), affecté mécaniquement par son projet d’augmentation de capital d’un montant maximum de 350 millions d’euros, afin de financer son plan de transformation.

Derichebourg s’est envolé (+10,35% à 2,57 euros) grâce à des résultats de nouveau dans le vert pour l’exercice clos au 30 septembre 2015.

jbo/fka/az

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.