La Bourse de Paris rebondit timidement à l’ouverture (+0,33%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris rebondit timidement à l’ouverture (+0,33%)

A 09H13 , l’indice CAC 40 prenait 17,46 points à 5.231,37 points. Vendredi, il avait fini en recul de 0,22%.

"Vendredi, les indices européens ont légèrement corrigé alors que Wall Street était bien orienté. Mais la solide performance des indices asiatiques et la hausse des contrats à terme américains vont aider l’Europe à reprendre sa marche haussière, après la séance des 4 sorcières de vendredi dernier", ont indiqué dans une note les stratégistes du courtier Aurel BGC.

Selon ces derniers, même si la séance du jour ne s’annonce pas très active, une hausse robuste sera de mise pour ce début de semaine, "avant la Fed mercredi soir et les élections allemandes dimanche prochain".

Alors que les tensions géopolitiques avec la Corée du Nord restaient en toile de fond, leurs effets semblaient toutefois s’estomper dans l’esprit des investisseurs, qui étaient surtout focalisés sur la réunion de la banque centrale américaine débutant mardi.

"Après que la Banque d’Angleterre a surpris les marchés en suggérant que nous pourrions voir d’ici la fin de l’année une inversion de la baisse des taux réalisée en urgence l’an passé, l’attention (des investisseurs) devrait se tourner vers la (...) Fed", a souligné dans une note Michael Hewson, un analyste de CMC Markets. La BoE a en effé préparé les esprits à un possible resserrement, compte tenu de la pression inflationniste au Royaume-Uni et en dépit des risques du Brexit.

Les opérateurs de marché s’attendent à ce que la Réserve fédérale américaine (Fed) laisse ses taux d’intérêt inchangés mercredi, après les avoir relevés d’un quart de point en juin dernier, à l’issue d’une réunion monétaire de deux jours où Janet Yellen tiendra l’avant-dernière conférence de presse de son mandat à la tête de la banque centrale américaine.

Mais ils seront à l’affût de toute indication sur un possible tour de vis en décembre malgré une inflation toujours sous la cible des 2% visée par la Fed (1,4% en juillet selon l’indice PCE) et l’impact des ouragans Harvey et Irma sur le sud du pays.

Du côtédes indicateurs, c’est surtout la deuxième estimation de l’inflation en zone euro pour le mois d’août qui occupera les marchés, ainsi que les chiffres du commerce extérieur en Italie pour le mois de juillet.

Les investisseurs suivront également une intervention du président de la banque d’Angleterre (BoE), Mark Carney, qui doit s’exprimer à 17 heures.

Sur le front des valeurs, Latécoère progressait de 2,61% à 4,72 euros après être repassé dans le vert au premier semestre de son exercice décalé, avec un résultat net de 21,1 millions d’euros, et avoir réaffirmé ses perspectives 2017, malgré un chiffre d’affaires en léger repli.

EDF était galvanisé (+3,93% à 10,31 euros) par un relèvement de sa recommandation à "acheter" contre "neutre" auparavant par Goldman Sachs.

Ipsen ne profitait pas (-0,18% à 110,55 euros) en revanchede l’annonce que l’Agence américaine des médicaments (FDA) a autorisé une nouvelle indication en oncologie de son produit vedette Somatuline, qui réalise l’essentiel de ses ventes aux Etats-Unis.

Sodexo gagnait 0,70% à 100,70 euros alors que le leader mondial des services aux entreprises a annoncé lundi avoir conclu la cession de sa filiale Vivabox USA à la société d’investissement américaine Lion Equity Partners, et confirmé son objectif de résultat opérationnel pour l’exercice 2016-2017.

jra/ef/ggy

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.