La Bourse de Paris, rassurée sur les tensions commerciales, accélère nettement (+1,91%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris, rassurée sur les tensions commerciales, accélère nettement (+1,91%)

A 13H48 , l’indice CAC 40 montait de 98,46 points à 5.240,26 points, dans un volume d’échanges de 1,3 milliard d’euros. La veille, il avait fini en léger recul de 0,20%.

La cote parisienne, après une ouverture en fanfare, a accru ses gains dans la matinée, jusqu’à prendre 2%.

La Bourse de New York s’orientait pour sa part vers une ouverture dans le vert, après s’être déjà nettement redressée la veille.

Le contrat à terme sur l’indice vedette Dow Jones Industrial Average, qui donne sa tendance, progressait de 0,30%, à l’instar de l’indice élargi S&P 500 (+0,47%), tandis que le Nasdaq,à dominante technologique, gagnait 0,82%.

"L’idée fait son chemin sur les marchés financiers que la Chine et les Etats-Unis ont trop à perdre d’une escalade protectionniste, ce qui du coup favorise une réduction de l’aversion au risque", a jugé dans une note Franklin Pichard, directeur général délégué de Kiplink Finance.

"L’emprise de la Chine sur la dette américaine conduit les opérateurs à reconsidérer le durcissement du dialogue entre les deux parties dans la guerre commerciale qui les oppose et à espérer des négociations alors que l’administration Trump a annoncé une consultation publique de deux mois", a-t-il complété.

Les Etats-Unis ont publié mardi une liste provisoire de produits importés de Chine susceptibles d’être soumis à de nouveaux droits de douane pour un montant d’environ 50 milliards de dollars, ce à quoi Pékin atrès vite répliqué, visant de son côté le soja, les automobiles et les avions d’affaires américains.

Du côté des indicateurs, les commandes passées à l’industrie allemande ont avancé de 0,3% sur un mois en février, après une baisse de 3,5% en janvier.

En France, la croissance de l’activité du secteur privé a de nouveau ralenti en mars, pour atteindre son plus bas niveau depuis août 2017, selon l’indice PMI publié jeudi par le cabinet IHS Markit.

De leur côté, les ventes au détail dans la zone euro, baromètre de la consommation des ménages, ont très légèrement progressé (+0,1%) en février par rapport à janvier tandis que les prix à la production industrielle ont augmenté de 0,1% en février par rapport à janvier dans la région, a annoncé jeudi l’Office européen des statistiques Eurostat.

Aux Etats-Unis, les chiffresde la balance commerciale pour février et les demandes hebdomadaires d’allocations chômage sont encore attendus.

- Ubisoft en tête du SBF 120 -

Sur le front des valeurs, Ubisoft était toujours plébiscité (+8,49% à 72,34 euros), porté par les ventes mondiales de "Far Cry5", qui ont atteint 310 millions de dollars lors de la première semaine de lancement du jeu vidéo.

AccorHotels prenait 1,34% à 43,99 euros après que le numéro un européen de l’hôtellerie a annoncé jeudi sa prise de participation de 50% dans le conglomérat sud-africain Mantis, quipossède plusieurs hôtels de luxe sur le continent africain notamment.

Crédit Agricole SA progressait de 2,13% à 13,42 euros. L’entité cotée en Bourse de la banque mutualiste a annoncé mercredi qu’elle allait compenser l’abandon du versement d’un dividende augmenté à certains actionnaires, décision qu’elle avait prise à la demande des autorités de supervision bancaire.

CNP Assurances était également en forte hausse (+2,64% à 20,98 euros) alors que le groupe a affirmé mercredi que les négociations engagées avec Caixa Seguridade pour le renouvellement d’un partenariat crucial au Brésil, qui devait initialement se conclure début 2018, se poursuivaient.

Vinci gagnait 2,30% à 80,12 euros après que le groupe de BTP et concessions a annoncé jeudi avoir racheté, via sa filiale Vinci Energies, la société singapourienne Wah Loon Engineering spécialisée dans les grands projets électriques et mécaniques clés en main.

Alstom montait de 1,53% à 36,41 euros. Un consortium formé de GE Power et d’Alstom a été choisi mercredi pour la construction d’une centrale à charbon sur le site d’Ostroleka en Pologne, pour un coût deplus de 6 milliards de zlotys (1,4 milliard d’euros).

Carmat gagnait 3,41% à 21,20 euros après que la société française a annoncé jeudi avoir implanté son coeur artificiel intégral sur 30% des patients de son étude "pivot", étape clinique dont le succès est crucial pour démarrer la commercialisation en Europe de cette prothèse innovante.

jra/tq/tes