La Bourse de Paris prudente dans l’attente du sommet Trump/Poutine

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris prudente dans l’attente du sommet Trump/Poutine

A 09H00 , l’indice CAC 40 prenait 0,23 point à 5.429,43 points. Vendredi, il avait fini en hausse de 0,43%.

"Il n’y a pas de répit. Tous les jours, à l’occasion de son déplacement en Europe, Donald Trump donne du grain à moudre aux marchés, qui ne savent plus comment réagir", ont estimé les analystes du courtier Aurel BGC.

Le président américain rencontrece lundi à Helsinki son homologue russe Vladimir Poutine lors d’un sommet extrêmement attendu, au moment où les points de frictions restent nombreux entre les deux pays.

La veille, Donald Trump a estimé que la Russie, l’Union européenne et la Chine étaient, pour différentes raisons, des "ennemis" des Etats-Unis.

"Cette semaine les projecteurs seront braqués sur une multitude de sujets, à commencer par le sommet entre le président de la Russie Vladimir Poutine et le président des Etats-Unis Donald Trump", a relevé de son côté Michael Hewson, un analyste de CMCMarkets.

"Les leaders européens s’inquiètent au sujet de cet événement étant donné les vives critiques émises par le président américain ces derniers jours concernant leur disposition à contribuer à hauteur de 2% de leur PIB à leurs dépenses militaires", a précisé l’expert.

La journée sera également marquée par un sommet annuel entre la Chine et l’Union européenne, au moment où les Etats-Unis ont engagé un bras de fer avec leurs principaux partenaires commerciaux.

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a appelé lundi à Pékin laChine, mais aussi les Etats-Unis et la Russie, à "éviter le chaos".

- Secteur automobile dans le rouge -

Dans ce contexte, la Chine a publié plusieurs indicateurs mitigés avant la séance parisienne. La croissance du produit intérieur brut du pays a légèrement ralenti audeuxième trimestre tandis que la production industrielle s’est tassée en juin, selon le Bureau national des statistiques (BNS).

Pour le reste de la journée, l’agenda s’annonce surtout américain. Les ventes au détail en juin, les stocks et vente des entreprises en mai ainsi que l’activité industrielle dans la région de New York en juillet sont au programme.

Par ailleurs, le Fonds monétaire international (FMI) publiera ses prévisions économiques mondiales révisées.

En matière de valeurs, L’Oréal était pénalisé (-0,95% à 208,80 euros) par un abaissement de sa recommandation par Goldman Sachs.

Le secteur automobile, fragilisé par les tensions commerciales, était mal orienté. Peugeot perdait 0,95% à 20,85 euros, Renault 0,52% à 73,22 euros, Valeo 0,96% à 48,69 euros et Michelin 0,23% à 106,55 euros.

Wendel grignotait0,41% à 123,80 euros, après l’annonce du groupe Allied Universal, dont Wendel est actionnaire à 33%, de la signature d’un accord pour le rachat de U.S. Security Associates (USSA) pour environ 1 milliard de dollars.

Lagardère était dynamisé (+3,54% à 24,57) par un relèvement de sarecommandation et de son objectif de cours par Morgan Stanley.

vac/ef/nas