La Bourse de Paris poursuit son ascension au démarrage d’une séance calme (+0,22%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

2La Bourse de Paris poursuit son ascension au démarrage d’une séance calme (+0,22%)2

A 09H43 , l’indice CAC 40 prenait 11,69 points à 5.220,64 points. La veille, il avait pris 1,40%.

"Les risques sont noyés", estiment dans une note les analystes d’Aurel BCG, et ce notamment par "la politique monétaire".

Le marché parisien est en effet soutenu depuis des semaine par la politique très accommodante de la Banque centrale européenne (BCE), qui a lancé un vaste programme de rachats d’actifs s’étendant aux dettes souveraines.

Depuis le début de l’année, l’indice parisien "a dépassé la plupart des objectifs fixés par les prévisionnistes pour la fin d’année", font-ils remarquer, tout en prévenant que "plus la hausse sera rapide, plus la probabilité d’un trou d’air violent en 2015 augmente, lorsqu’un risque se matérialisera".

Le marché n’aura pas grand-chose à se mettre sous la dent durant cette séance dénuée d’indicateur de premier plan.

En Chine, l’inflation s’est stabilisée en mars, un répit inattendu sur fond de tensions déflationnistes persistantes.

De son côté, la production industrielle est restée inchangée en février par rapport à janvier en France, tandis qu’elle a a augmenté en février de 0,6% en Espagne sur un an.

Les investisseurs continuent par ailleurs de suivre les discussionsentre la Grèce et ses créanciers. Ils ont pour l’heure été confortés par le remboursement que la Grèce a effectué auprès du Fonds monétaire international (FMI).

"Cela enlève un peu d’incertitude au marché", estime Stan Shamu, un stratégiste de IG. "Bien que (la dette grecque) soit susceptible de rester un problème à moyen terme, le risque est certainement réduit pour le moment".

L’incertitude perdure sur la capacité du pays à payer ses dettes à partir du mois prochain, faute d’accord avec ses créanciers.

Du côté des valeurs, Carrefour gagnait3,14% à 33,15 euros après avoir vu son chiffre d’affaires progresser au premier trimestre 2015.

BNP Paribas (-0,71% à 57,52 euros) pâtissait d’un abaissement de recommandation à "vendre" contre "conserver" auparavant par les analystes de Société Générale, tout comme EDF (-0,99% à22,91 euros) abaissé par Bernstein.

Suez Environnement progressait de 1,08% à 16,78 euros. Suite à un arbitrage, le groupe devrait toucher 405 millions de dollars de l’Argentine en compensation de la résiliation du contrat de gestion de l’eau de la ville de Buenos Aires, qui avait été décidée par le gouvernement argentin en 2006.

Bolloré prenait 2,09% à 5,07 euros après avoir porté sa participation dans le groupe de médias Vivendi (+0,40% à 23,98 euros), de 12,01% à 14,52%.

Archos bondissait de 11,26% à 2,47 euros après avoir vu son chiffre d’affaires progresser de 17% environ au premier trimestre.

AB Science gagnait 3,37% à 16,85 euros, profitant de la publication de résultats jugés "prometteurs" d’une étude clinique de Phase III évaluant sa molécule-phare masitinib dans le cancer du pancréas avancé, et le lancement d’une "nouvelle étude confirmatoire" de Phase III.

Sequana grimpait de 17,38% à 3,85 euros. Le papetier a renoué l’an dernier avec les bénéfices après avoir lancé un vaste plan de restructuration pour redresser sa situation financière, qu’il poursuit avec la cession en cours de négociation d’une filiale brésilienne.

cc/fpo/mcj

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.