La Bourse de Paris poursuit sa descente (-0,63%) toujours inquiète pour la Grèce

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

2La Bourse de Paris poursuit sa descente (-0,63%) toujours inquiète pour la Grèce2

A 09H11 , l’indice [a[CAC 40]a] perdait 29,37 points à 4.785,21 points. La veille, il avait fini en net recul de 1,75%.

"Après la rupture des discussions avec le FMI, il n’y a même plus de négociations entre la Grèce et Bruxelles. A seulement deux jours et demi de l’Eurogroupe de jeudi, le chemin à parcourir reste immense. Par conséquent, l’Europe se prépare au pire", ont estimé les analystes de Aurel BGC.

"Les actions devraient connaître une nouvelle séance difficile, au moins à l’ouverture, alors que les dernières informations laissent entrevoir une rupture consommée entre Athènes et les créanciers. Aucun des deux camps ne veut plus lâcher de lest", ont-ils complété.

Lundi, après l’échec d’un nouveau cycle de négociations, les positions de la Grèce et de ses créanciers sont restées figées, malgré la double urgence financière à laquelle fait face Athènes : payer ses fonctionnaires et retraités et rembourser près d’1,6 milliard d’euros au FMI d’ici le 30 juin.

La journée verra également débuter aux Etats-Unis une réunion de deux jours du comité de politique monétaire de la Fed (FOMC) qui sera suivie mercredi soir d’un point de presse de sa présidente Janet Yellen.

Si les marchés ne tablent pas sur une remontée des taux directeurs de l’institution dès ce mois-ci, l’intervention de Mme Yellen sera décortiquée pour tenter notamment d’y voir plus clair dans le calendrier potentiel de cette hausse.

Du côté des indicateurs, le baromètre ZEW de la confiance des milieux financiers allemands en juin est à l’agenda. Côté [a[inflation]a], les prix ont bien augmenté de 0,7% en mai sur un an en Allemagne, et de 0,1% sur un mois, selon les chiffres définitifs de l’Office fédéral des statistiques.

En France, les créations d’entreprises en mai sont attendues ainsi que les mises en chantier de logements en mai aux Etats-Unis.

Sur le terrain des valeurs, Engie (ex-GDF Suez) reculait de 0,53% à 16,80 euros après l’annonce d’une cession par l’État de jusqu’à 372 millions d’euros d’actions du groupe, ou 0,9% du capital de la société.

Air France-KLM perdait 1,98% à 6,39 euros dans lafoulée de l’annonce d’une série de mesures d’économies immédiates, dont des fermetures de lignes et des baisses de fréquence sur certains vols long courrier, pour tenir ses objectifs de réduction de coûts en 2015.

Dans le secteur automobile, Renault ne profitait pas d’une croissance de 4,8% de ses ventes en mai (-0,98% à 91,54 euros), et Peugeot baissait également après la chute de 5,5% des siennes (-1,34% à 17,73 euros), après la publication des chiffres des immatriculations de voitures neuves dans l’Union Européenne, qui ont globalement augmenté de 1,3% en mai.

ADP reculait de 0,61% à 105,40 euros. Le trafic des aéroports de Paris a été en hausse de 4,2% en mai en raison d’un nombre élevé de ponts et des vacances scolaires de la zone parisienne plus tardives cette année.

Alstom ne bénéficiait pas (-0,49% à 26,21 euros) de l’annoncepar le Syndicat des transports d’Ile-de-France (Stif) de l’achat de 17 rames de tramway Citadis au constructeur français, destinées à la ligne T3 qui fait le tour de Paris au sud et à l’est, pour 63 millions d’euros.

Kering était pénalisé (-1,80% à 155,10 euros) par l’abaissementde sa recommandation à "sous-performer" contre "neutre" auparavant par Credit Suisse.

Solocal prenait 2,25% à 0,36 euro après avoir annoncé le lancement d’une version améliorée de son nouveau site pagesjaunes.fr, censé mettre en avant "les contenus et services des professionnels français pour mieux éclairer les consommateurs".

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.