La Bourse de Paris perd brièvement plus de 2%, fragilisée par la baisse du pétrole

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

2La Bourse de Paris perd brièvement plus de 2%, fragilisée par la baisse du pétrole2

A 09H41 , l’indice CAC 40 abandonnait 79,35 points, soit 1,83%, à 4.265,87 points. La veille, il avait fini en hausse de 0,53%.

"La baisse du pétrole et le maintien de l’euro à proximité des 1,14 dollar ne facilitera pas la tâche des marchés européens" aujourd’hui où une série d’indicateurs PMI sont attendus, ont estimé les analystes de Aurel BGC.

La baisse des cours de pétrole se poursuivait en effet mardi en Asie à mesure que s’amenuisaient les espoirs des marchés d’assister à un gel concerté de l’offre d’or noir. L’euro refluait également un peu.

"Le cours du baril de pétrole continue de subir l’impact négatif des propos de l’Arabie Saoudite, qui a fait monter la pression en indiquant vendredi dernier qu’elle ne signerait un accord de gel de la production qu’à condition que l’Iran le cosigne", ont noté pour leur part les analystes de Credit Mutuel CIC.

"La faiblesse du cours de l’or noir est favorable pour la croissance des économies importatrices, mais elle renforce aussi, du fait de la durée de la baisse, les effets de second tour sur les salaires. Elle pourrait aussi remettre en cause la stabilisation récente des indicateurs américains concernant l’industrie. L’enjeu d’une diffusion aux services est lui aussi entier", ont-ilsanalysé.

Selon eux, "la publication de l’indice ISM non-manufacturier américain cet après-midi permettra d’évaluer la capacité de résistance des services".

Du côté des indicateurs, la France a publié des chiffres montrant une stagnation de l’activité du secteur privéen mars.

Les PMI du reste de la zone euro pour le même mois sont attendus un peu plus tard dans la matinée.

En Allemagne, les commandes industrielles allemandes ont fondu de 1,2% en février.

Aux Etats-Unis, outre l’ISM non manufacturier, le commerce extérieur en février est également attendu.

Sur le front des valeurs, ArcelorMittal enregistrait la plus forte baisse du CAC 40, reculant de 6,34% à 3,96 euros, tiré mécaniquement vers le bas par la finalisation de son augmentation de capital de 3 milliards de dollars.

Peugeot perdait 3,78%à 14,12 euros, les investisseurs accueillant froidement le nouveau plan stratégique du constructeur qui vise une croissance de son chiffre d’affaires de 10% d’ici 2018.

Le secteur des télécoms restait mal orienté, mais dans des proportions sans commune mesure avec le décrochage massif de la veille après l’annonce de l’échec des négociations en vue du rapprochement entre les opérateurs Orange (-1,38% à 14,25 euros) et Bouygues (-2,05% à 29,79 euros). Iliad perdait 0,63% à 188,80 euros et SFR 2,93% à 29,03 euros.

Gemalto décrochait de 3,59% à 61,18 euros, pénalisé par l’annonce du départ surprise de son dirigeant historique Olivier Piou.

Kering reculait de 1,70% à 152,95 euros alors que le Belge Anthony Vaccarello a été nommé directeur artistique de la maison de haute couture Yves Saint Laurent, en remplacement de Hedi Slimane.

AccorHotels refluait de 1,07% à 36,51 euros dans la foulée de l’annonce de l’achat pour 148 millions d’euros du site britannique spécialisé dans la location de résidences de luxe onefinestay.

abx/rg/php

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.