La Bourse de Paris optimiste quant à un accord commercial imminent (+0,41%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris optimiste quant à un accord commercial imminent (+0,41%)

L’indice CAC 40 a avancé de 21,38 points à 5.286,57 points, dans un volume d’échanges faible de 2,69 milliards d’euros. Vendredi, il avait fini en hausse de 0,47%.

La cote parisienne est restée dans le vert tout au long de la séance, dépassant même la barre 5.300 points.

De son côté, Wall Street a démarré la semaine en hausse lundi.

Lancé dans unmouvement de hausse "assez linéaire", le marché a en tête "la date du 27 mars" et "termine sur un plus haut annuel", observe Thierry Claudé, gérant chez Kiplink Finance.

Selon le Wall Street Journal, il n’est pas exclu qu’un accord puisse être annoncé lors d’une rencontre aux alentours du 27 mars entre Donald Trump et Xi Jinping.

"S’il y a un accord plus fort que prévu entre la Chine et les Etats-Unis, ça explique que le marché anticipe" la fin des incertitudes après des mois de guerre commerciale, souligne l’expert à l’AFP.

Par ailleurs, "certains investisseurs ont peut-être loupé un peu le train ces derniers temps et se disent que c’est le moment de monter en marche" avant que le niveau de la cote grimpe encore, explique-t-il.

Les quelques bonnes surprises émanant des publications d’entreprises, qui touchent à leur fin, "ont peut-être aussi généré quelques intérêts supplémentaires" chez les investisseurs, ajoute-t-il.

Selon Wall Street Journal, Pékin a provisoirement accepté d’abaisser les tarifs douaniers et de lever d’autres restrictions imposées aux importations agricoles, automobiles et chimiques américaines.

En échange des concessions chinoises, Washington supprimerait la plupart des sanctions commerciales qu’il avait imposées l’année dernière.

Sur le front du Brexit, le négociateur de l’Union européenne Michel Barnier rencontrera mardi à Bruxelles les négociateursbritanniques, a annoncé lundi un porte-parole de l’UE, alors que plusieurs votes importants sont prévus la semaine prochaine au Parlement britannique.

La Première ministre britannique Theresa May était accusée lundi d’"acheter" le soutien des députés à son accord de Brexit, aprèsle lancement d’un fonds de 1,6 milliards de livres destinés à des régions sinistrées.

Du côté des indicateurs, le marché automobile allemand a enregistré en février un rebond de 3,0% sur un an des immatriculations de voitures neuves, dans un contexte de ralentissement économique.

Saint-Gobain se rattrape, en tête du CAC

Saint Gobain a gagné 1,56% à 31,83 euros, rattrapant un peu de retard pris ces dernières semaines.

Euronext n’a guère pâti (+0,27% à 54,75 euros) de l’annonce de la Bourse d’Oslo, objet de deux offres concurrentes d’Euronext et du Nasdaq, qui a réaffirmé lundi sa préférence pour l’opérateur américain.

Air France-KLM a reculé de 3,19% à 11,08 euros. La France et les Pays-Bas ont mis en place vendredi un groupe de travail sur l’avenir de l’entreprise, après les fortes tensions déclenchées par la prise de participation surprise des Néerlandais.

Casino a été pénalisé (-1,08% à 46,89 euros) par l’abaissement de sa recommandation à "conserver" contre "acheter" auparavant par Société Générale.

Carrefour a cédé 1,92% à 17,37 euros. Le PDGdu groupe, Alexandre Bompard, plaide pour davantage d’équité entre la taxation des grands groupes de distribution français et celle des plateformes américaines ou chinoises, dans un entretien avec le Journal du Dimanche.

Interparfums est monté de 4,67% à 47,10 euros, profitant du relèvement lundi de son objectif annuel de chiffre d’affaires pour l’exercice en cours, sur fond de bond de son bénéfice net en 2018.

Société Générale a gagné 0,65% à 27,22 euros après la finalisation de deux cessions - sa participation de 35% dans La Banque Postale Financement etses activités banque privée en Belgique - qui s’inscrivent dans le cadre de son plan de recentrage stratégique.

pan/as/az