La Bourse de Paris ne prend pas de risques avant une série de rendez-vous (-0,76%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris ne prend pas de risques avant une série de rendez-vous (-0,76%)

L’indice CAC 40 a reculé de 37,24 points à 4.888,58 points dans un volume d’échanges faible de 2,60 milliards d’euros. Vendredi, il avait fini en hausse de 1,11%.

La cote parisienne a ouvert dans le rouge sans parvenir à inverser la tendance.

"La semaine va être chargée, avec une série d’annonces qui sont attendues. Dans ce contexte, ce n’est pas illogique d’avoir un peu d’attentisme et de prudence sur le marché", a affirmé à l’AFP Andrea Tuéni, analyste chez Saxo Banque.

Parmi les événements à l’agenda, "il y a les discussions sur le plan B de Theresa May demain au Parlement britannique, la réunion de la Fed (...) et le catalyseur principal depuis plusieurs mois sur les marchés, à savoir le dossier commercial entre les Etats-Unis et la Chine", a détaillé M. Tuéni.

Négociateurs américains et chinois se retrouvent mercredi et jeudi à Washington pour tenter de dessiner les contours d’un accord commercial, à un mois de l’expiration de la trêve dans l’affrontement que se livrent les deux premières économies du monde.

"C’est une réunion qui cristallise pas mal d’attentes car le marché espère des avancées sur ce terrain-là", a ajouté l’expert.

En Europe, les députés britanniques votent mardi plusieurs amendements sur le Brexit visant principalement à réclamer une renégociation du traité de retrait, à empêcher un Brexit sans accord, à retarder le divorce ou encore à obtenir l’organisation d’un second référendum.

Enfin, aux Etats-Unis, outre la réunion de la Réserve fédérale "très attendue par le marché qui attend encore une fois un ton plus accommodant de Jerome Powell", son président, les annonces de résultats trimestriels d’entreprises se poursuivront avec des poids lourds du secteur technologique, tels que Facebook, Apple et Microsoft, a rappelé Andrea Tuéni.

Selon lui, les résultats "seront très, très suivis et pourraient avoir des répercussions sur le marché".

Côté statistiques ce lundi, la croissance des crédits accordés par les banques de la zone euro aux particuliers et aux entreprises de la région est restée quasiment stable en décembre.

- Le luxe dans le rouge -

Sur le tableau des valeurs, l’action Alstom a perdu 3,57%à 35,07 euros. Le groupe français a confirmé qu’il avait avec l’allemand Siemens proposé de nouvelles concessions à la Commission européenne sans avoir la certitude d’obtenir son feu vert à leur union.

Kering a cédé 0,69% à 418,30 euros. Le propriétaire de Gucci risque un redressement fiscal d’environ 1,4 milliard d’euros en Italie, selon un premier "audit" rendu par les autorités fiscales de la péninsule qui le soupçonnent d’avoir déclaré en Suisse des activités menées en Italie, ce qu’il conteste. Les autres géants du luxe étaient à la peine, tels que LVMH (-0,94% à 258,65 euros).

Altran s’est repliée de 3,02% à 8,18 euros après qu’une cyberattaque survenue le 24 janvier a nécessité la déconnexion du réseau informatique et des applications du géant du conseil en technologie, sans toutefois occasionner de vol de données.

Atoss’est effrité de 3,60% à 74,42 euros, Goldman Sachs ayant repris son suivi avec une recommandation à "neutre".

L’action Renault a abandonné 1,39% à 60,31 euros. Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a affirmé qu’il serait "extrêmement vigilant" sur le montant des indemnités de départ de l’ancien PDG de Renault Carlos Ghosn, en détention au Japon.

SMCP a lâché 5,30% à 15,56 euros, alors que le groupe ayant franchi le cap du milliard d’euros de ventes en 2018 grâce à une multiplication des ouvertures de magasins.

Lagardère a baissé de 2,50% à23,02 euros. Hachette Livre est entré en négociation pour acquérir la totalité de la société de jeux de société Gigamic.

CGG a progressé de 2,45% à 1,59 euro, porté par une recommandation à l’achat de Kepler Cheuvreux.

as/tq/LyS