La Bourse de Paris marque une pause (-0,16%) après son envolée de vendredi

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris marque une pause (-0,16%) après son envolée de vendredi

A 09H28 , l’indice CAC 40 perdait 7,95 points à 4.867,98 points. Vendredi, il avait fini en nette hausse de 1,70%.

"Le marché parisien a opéré une forte remontée lors de la séance de vendredi qui a permis à l’indice de finir sur une performance hebdomadaire proche de 2%", a rappelé dans une note Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

Selon lui, "les attentes fortes" des investisseurs en matière d’avancées dans le conflit commercial sino-américain "permettent d’éclipser pour le moment les inquiétudes concernant l’impact économique du shutdown".

"Nous avons fait des progrès avec la Chine lors de la rencontre des négociateurs à Pékin" au début du mois, a reconnu vendredi le principal conseiller économique du président Trump, Larry Kudlow, interrogé sur Fox Business News.

Mais il a ajouté, "rien n’est résolu, rien n’est sur le papier, il n’y a pas de contrat", démentant des informations de presse affirmant "que les choses sont faites et qu’il y a un accord".

Selon ces récentes informations, la Chine aurait fait des concessions, y compris une offre d’augmenter les importations américaines sur une durée de six ans.

Toutefois, "l’article de Bloomberg sur l’absence de progrès sur les questions de propriété intellectuelle rappelle qu’un accord d’envergure n’est sans doute pas encore possible entre Washington et Pékin", a estimé de son côté Tangi Le Liboux, un stratégiste du courtier Aurel BGC.

"Les marchés américains seront fermés ce lundi, date anniversaire de la naissance de Martin Luther King", a-t-il également rappelé.

Outre-Manche, la Première ministre britannique Theresa May présente lundi son "plan B" pour le Brexit aux députés qui ont massivement rejeté la semaine dernière l’accord de divorce qu’elle avait difficilement négocié avec l’Union européenne.

"L’incertitude est maximale au sujet du Brexit : la journée sera longue pour l’exécutif et les parlementaires britanniques", a complété M. Le Liboux.

Le "shutdown" oublocage budgétaire des services fédéraux américains entrait par ailleurs dans sa 5e semaine aux Etats-Unis. Donald Trump a critiqué dimanche avec virulence la présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, qui a rejeté la veille une offre présidentielle de compromis pour financer un mur anti-immigration à la frontière.

Du côté des indicateurs, la croissance de la Chine a ralenti l’année dernière à son plus faible niveau en 28 ans, à +6,6%, au-dessus de l’objectif de +6,5% que s’était fixé le gouvernement, a annoncé le Bureau national des Statistiques (BNS).

De son côté, la production industrielle a enregistré une croissance "lente mais stable", a souligné le BNS, progressant de 6,2% en 2018. Mais elle a perdu de l’élan les derniers mois de l’année, tombant sous les 6%.

En Allemagne, les prix à la production pour décembre sont également à l’agenda de ce lundi.

- Air France dopé, TF1 plombé -

En matière de valeurs, Air France-KLM profitait (+3,38% à 10,03 euros) d’un relèvement de sa recommandation à "surperformer" contre "neutre" auparavant par Davy.

TF1 pâtissaiten revanche (-4,04% à 6,66 euros) d’un abaissement de la sienne à "vendre" par Citi.

Airbus grappillait 0,17% à 93,82 euros après que le loueur SMBC Aviation Capital a signé une commande ferme pour 50 Airbus A320neo et 15 A321neo, d’une valeur totale au prix catalogue de 7,47 milliards de dollars (environ 6,56 milliards d’euros), a annoncé lundi le constructeur européen.

Renault montait de 0,53% à 57,40 euros. Le ministre français de l’Economie, Bruno Le Maire, a confirmé dimanche lors d’un déplacement en Egypte que le scénario d’une fusion entre Renault et Nissan n’était "pas sur la table aujourd’hui", malgré des informations relayées par la presse japonaise.

Le PDG de Renault Carlos Ghosn, détenu depuis deux mois à Tokyo, a par ailleurs promis lundi de rester au Japon si on lui accordait la liberté sous caution, tout en proclamant de nouveau son innocence.

Casino s’adjugeait 0,36% à 39,33 euros. Le groupe a annoncé lundi la signature d’un accord avec des fonds gérés par Fortress pour céder les murs de 26 supermarchés et hypermarchés valorisés 501 millions d’euros, dont 392 millions seront perçus au premier semestre 2019. Le groupe avait en outre annoncé samedi avoir conclu des promesses en vue de la vente de six hypermarchés à des adhérents Leclerc, pour un peu plus de 100 millions d’euros.

Engie perdait 0,65% à 13,75 euros, l’énergéticien français s’apprêtant à céder ses quatre dernières centrales électriques fonctionnant au charbon en Europe, situées en Allemagne et aux Pays-Bas, au fonds américain Riverstone pour 250 millions d’euros, selon Les Echos lundi.

Iliad lâchait 0,38% à 105,45 euros. Le groupe, maison mère de l’opérateur Free, a annoncé vendredi l’acquisition de 75% du capital de Jaguar Network, opérateur spécialisé dans le marché des services aux entreprises et fournisseurs de services de "cloud" (informatique dématérialisée en ligne).

Alstom reculait de 0,70% à 34,21 euros. Les conditions sont "remplies" pour une réussite de la fusion entre les activités ferroviaires d’Alstom et Siemens, a affirmé le ministre de l’Economie Bruno Le Maire dans un entretien au Journal du Dimanche, malgré les doutes émis par les deux entreprises.

jra/ef/mcj