La Bourse de Paris hésitante sur la marche à suivre (+0,12%) avant l’emploi américain

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris hésitante sur la marche à suivre (+0,12%) avant l’emploi américain

A 09H42 , l’indice CAC 40 prenait 6,88 points à 5.545,74 points. La veille, il avait fini en repli de 0,85%.

"Contrairement au DAX, soutenu hier par Bayer et Volkswagen, le CAC et l’Eurostoxx 50 ont perdu 0,8% environ, le premier écart un tant soit peu significatif depuis plusieurs jours", a souligné dans une note Tangi Le Liboux, stratégiste pour le courtier Aurel BGC.

"Les investisseurs ont ajusté leurs attentes quant à la perspective d’une baisse des taux" après que la Réserve Fédérale américaine (Fed) a délivré un message un peu moins accommodant que prévu", a observé de son côté David Madden, un analyste de CMC Markets.

"On ne peut s’empêcher de penser que les marchés ne sont pas vraiment raisonnables s’ils espèrent réellement des signaux d’un assouplissement de la politique monétaire à court terme" aux Etats-Unis, a poursuivi M. Le Liboux.

"La Fed a besoin de données économiques dégradées pour emprunter ce chemin. Or, ce n’est pas le cas à ce stade", a-t-il estimé.

Du côté des indicateurs, les investisseurs prendront connaissance des statistiques de l’inflation en zone euro pour le mois d’avril ainsi que des immatriculations de voitures neuves pour ce même mois en Allemagne.

Mais leur attention sera surtout focalisée sur les chiffres des créations d’emplois aux Etats-Unis le mois dernier, après que l’enquête ADP publiée mercredi a fait état d’une forte progression des créations d’emplois dans le secteur privé en avril.

L’indice d’activité dans les services (ISM) pour ce même mois est également attendu.

- Air France-KLM en mauvaise posture -

Sur le front des valeurs, Société Générale montait de 2,11% à 28,98 euros en dépit de résultats peu reluisants au premier trimestre, même si le groupe, engagé dans une vaste réorganisation après une année 2018 difficile, a indiqué être bien parti dans son projet de transformation.

Axa gagnait pour sa part1,75% à 23,03 euros, fort d’un chiffre d’affaires qui a progressé au premier trimestre, porté tout particulièrement par la bonne santé de sa nouvelle division Axa XL, axée notamment sur les grandes entreprises, et de ses activités en Europe.

Air France-KLM s’enfonçait en revanchede 4,73% à 9,75 euros, plombé par le creusement de sa perte nette au premier trimestre 2019, sur fond de hausse des prix du carburant.

Bonduelle reculait de 2,09% à 28,05 euros, lesté par la révision à la baisse de son objectif annuel de croissance, ses ventes demeurant en recul surles neuf premiers mois, même s’il affiche un chiffre d’affaires en légère progression au troisième trimestre de son exercice décalé 2018-2019.

ALD s’effritait de 0,61% à 13,04 euros. La filiale de location de véhicules longue durée et gestion de flotte de la Société Générale aaccusé une baisse de 2,1% sur un an de son bénéfice net au premier trimestre 2019, toujours freiné par le fort repli des ventes de voitures.

Akwel bondissait en revanche de 6,03% à 18,28 euros, profitant d’un chiffre d’affaires qui a augmenté de 4,6% au premier trimestre, à 293 millions d’euros, malgré une baisse du marché automobile mondial.

Oeneo grappillait 0,20% à 10,26 euros après que le fabricant français de bouchons et tonneaux a annoncé jeudi une progression de 7,9% de ses ventes annuelles, à 268,2 millions d’euros, portée à parts égales par ses deux activités.

jra/fka/nth