La Bourse de Paris gagnée par la panique venue des Etats-Unis (-2,71%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris gagnée par la panique venue des Etats-Unis (-2,71%)

A 09H11 , l’indice CAC 40 dévissait de 143,24 points à 5.142,59 points. La veille, il avait déjà fini en nette baisse de 1,48%, à son plus bas niveau de l’année.

"L’Europese retrouve face à une vague rouge après le bain de sang sur les marchés américains" et ce "moins de deux semaines après un sommet historique" atteint par Wall Street, souligne Jasper Lawler, analyste chez London Capital Group.

A Wall Street lundi, l’indice vedette de la place new-yorkaise a chuté de 4,60% après plusieurs mois d’euphorie boursière, et mardi matin l’affolement gagnait les places asiatiques.

Selon les experts de Mirabaud Securities Genève, "la séance d’aujourd’hui sera extrêmement importante (peut-être la plus importante depuis le début de l’année), car elle va tester les nerfs des investisseurs et confirmer (ou non) si nous sommes rentrés" dans une phase de baisse du marché, "ce que nous ne pensons pas".

Du côté des indicateurs, le commerce extérieur américain en décembre et pour 2017 est attendu.

L’Allemagne apublié pour sa part avant l’ouverture des marchés, ses commandes industrielles de décembre marquées par un fort rebond.

- Le CAC 40 tout rouge -

Sur le terrain des valeurs, les secousses qui agitent l’indice n’épargnaient quasiment personne et tout le CAC 40 évoluait dans le rouge.

BNP Paribas perdait 4,42% à 62,49 euros. Le groupe bancaire s’est pourtant dit mardi bien parti dans la conduite de son plan stratégique pour 2020, après avoir pu en 2017 contenir les affres des taux bas.

Marie Brizard Wine&Spirits (MBWS)était suspendu après avoir vu son chiffre d’affaires chuter de 14,1% au quatrième trimestre 2017, plombé par ses filiales polonaises, et ses ventes annuelles stagner à 428,9 millions d’euros.

Eurazeo perdait 3,11% à 79,50 euros. La société d’investissement va prendre le contrôle de la société de gestion Idinvest pour 230 millions d’euros afin de créer un leader de l’investissement dans les entreprises non cotées gérant plus de 15 milliards d’euros.

Safran reculait (-2,96% à 82,74 euros) après avoir réussi son OPA sur l’équipementier Zodiac Aerospace (-0,04% à 24,97 euros), dont il a pris 79,74% du capital à l’issue de la première partie de l’offre lancée fin décembre, pour donner naissance à un géant aéronautique.

Adocia s’enfonçait de 6,46% à 14,76 euros. La biotech lyonnaise a annoncé qu’elle réclamait plus de 200 millions dedollars de dommages-intérêts à son ex-partenaire américain Eli Lilly, lui reprochant d’avoir violé plusieurs accords de confidentialité et de collaboration.

Assystem Technologies reculait de 4,56% à 28,56 euros. Le groupe d’ingénierie a annoncé le succès de son offre publique d’achat sur SQS (services et conseil aux entreprises).

Bonduelle baissait de 3,40% à 39,80 euros. Les ventes du groupe ont bondi de 38,5% à 1,4 milliard d’euros au premier semestre de son exercice décalé 2017/2018, grâce à l’acquisition de l’entreprise américaine Ready Pac Foods.

abx/soe/spi