La Bourse de Paris finit en recul entre indicateurs mitigés et prudence (-0,65%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

2La Bourse de Paris finit en recul entre indicateurs mitigés et prudence (-0,65%)2

L’indice CAC 40 a perdu 28,86 points à 4.406,61 points, dans un volume d’échanges de 1,93 milliard d’euros. La veille, le marché parisien avait progressé de 0,32%.

Les investisseurs avaient les yeux tournés vers Jackson Hole au Wyoming, où débute la réunion annuelle des banquiers centraux, dont le point d’orgue sera l’intervention de la présidente de la Réserve fédérale, Janet Yellen, vendredi.

"Son discours est l’événement principal de la semaine, il est donc normal qu’il y ait de l’hésitation et de la prudence sur le marché en attendant", explique à l’AFP Andrea Tuéni, analyste de Saxo Banque.

Les investisseurs espèrent déceler dans les propos de Mme Yellen des éléments sur la trajectoire des taux d’intérêt américains dans les mois à venir, après des prises de paroles récentes de membres de la Fed laissant entendre qu’il était temps de normaliser la politique monétaire américaine.

Par ailleurs, le marché a aussi souffert de chiffres moroses en Allemagne. Outre-Rhin, le moral des entrepreneurs a en effet enregistré un recul plus important que prévu en août.

"Le marché a été un peu surpris par ce mauvais indicateur de la locomotive européenne, qui a pesé sur la tendance", commente Andrea Tuéni.

Troisième élément perturbateur, l’oscillation des cours du pétrole entre reprise et repli à cause de l’incertitude sur une résorption de l’offre aux Etats-Unis et dans l’Organisation des pays exportateurs de pétrole .

Hormis le baromètre du moral des entrepreneurs en Allemagne, la journée était riche en indicateurs. Les Etats-Unis ont affiché une légère baisse surprise des inscriptions hebdomadaires au chômage, tandis que les commandes de biens durables en juillet ont rebondi plus que prévu.

En France, le climat des affaires est restéquasi stable en août, à un niveau légèrement supérieur à sa moyenne de long terme, malgré un recul dans l’industrie.

Du côté des valeurs, Renault a reculé de 1,27% à 72,28 euros. La ministre de l’Environnement, Ségolène Royal, a démenti hier les informations de presse faisantétat d’omissions dans le rapport de la commission d’enquête sur les émissions polluantes des moteurs diesel, afin de protéger le constructeur automobile français.

Les autres titres du secteur, dépendant des mouvements de marché, ont terminé à la traîne à l’image de Valeo (-2,12% à 45,50 euros), Peugeot (-2,09% à 13,36 euros) et Michelin (-1,18% à 94,71 euros).

Les valeurs liées au secteur des matières premières ont aussi marqué le pas, comme Vallourec (-4,04% à 4,16 euros), Total (-0,36% à 42,58 euros), CGG (-2,92% à 22,57 euros) ou Technip (-0,89% à52,49 euros).

Le distributeur français Etam a perdu 5,28% à 31,23 euros, après avoir enregistré au premier semestre une baisse de 20,23% de son bénéfice net, en raison notamment d’un ralentissement de l’activité.

mlm/fka/csg

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.