La Bourse de Paris finit dans le vert (+0,15%) une séance en dents de scie

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

2La Bourse de Paris finit dans le vert (+0,15%) une séance en dents de scie2

L’indice CAC 40 a pris 7,52 points à 4.981,59 points, dans un volume d’échanges étoffé de 5,1milliards d’euros. La veille, il avait lâché 2,12% et terminé sous les 5.000 points pour la première fois depuis mars.

La cote parisienne a débuté la séance en baisse avant de changer de cap, aidée par des indicateurs économiques encourageants en zone euro.

Le ralentissement en avril des créations d’emploi dans le secteur privé aux États-Unis et une intervention de la présidente de la Fed, Janet Yellen, ont assombri un temps l’horizon sur le marché parisien, qui a néanmoins réussi à se hisser dans le vert en toute fin de séance.

"Il y a beaucoup de choses à digérer pour les marchés, ce qui alimente la nervosité", a résumé Alexandre Baradez, un analyste de IG France.

"Les indices d’activités PMI n’étaient pas mauvais" ce matin, mais "les facteurs de risques comme la Grèce ou la remontée des taux directeursde la Fed restent en toile de fond, pesant sur les marchés et créant de la volatilité", a-t-il développé.

Les indices PMI publiés dans la matinée ont en effet montré que la croissance de l’activité économique s’est poursuivie à un rythme constant en avril, grâce à de bonnes nouvelles en Espagne et en Italie.

Mais les chiffres de l’enquête ADP sur les créations d’emplois dans le secteur privé aux Etats-Unis annoncés dans l’après-midi, "bien au-dessous du consensus des analystes", laissent penser que les données les plus attendues en la matière, celles durapport mensuel à l’agenda vendredi, peuvent être "mauvaises".

Les déclarations de Mme Yellen, qui a estimé mercredi que la valorisation des marchés boursiers était "assez haute" et que cela présentait "des dangers potentiels", ont aussi généré des inquiétudes.

"Ces propos donnent l’impression qu’elle met en place les fondations pour introduire progressivement la hausse des taux directeurs de la banque centrale américaine", une échéance redoutée par les marchés, a observé M. Baradez.

La situation en Grèce a encore été suivie de près par les investisseurs, alors que le pays a remboursé mercredi, comme prévu, 200 millions d’euros d’intérêts au Fonds monétaire international (FMI).

Enfin, la séance a été animée par une série de résultats d’entreprises, diversement reçus par le marché.

Société Générale asouffert (-2,27% à 43,75 euros) de l’impact plus fort que prévu de la Russie, l’emportant sur une hausse du bénéfice net au premier trimestre.

Solvay a perdu 3,69% à 129,15 euros, malgré un bénéfice net en hausse de 49% au premier trimestre.

En revanche, Aperam a bondi (+12,57% à 38,30 euros) après avoir vu son bénéfice net plus que doubler au premier trimestre.

Arkema a lâché 1,75% à 70,65 euros, son bénéfice net chutant de 35,4% au premier trimestre, mais s’est déclaré confiant pour le reste de l’année.

Alstom a progressé de 1,67%à 28,27 euros. Le groupe a accusé une perte nette de 719 millions d’euros au cours de son exercice décalé 2014/15, affecté par des éléments exceptionnels.

abx/gbh/cj

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.