La Bourse de Paris finit au-dessus des 4.800 points à la veille de la Fed (+0,91%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

2La Bourse de Paris finit au-dessus des 4.800 points à la veille de la Fed (+0,91%)2

L’indice CAC 40 a gagné 43,10 points à 4.803,87 points, dans un volume d’échanges soutenu de 3,75 milliards d’euros. La veille, il avait fini à l’équilibre .

Après un début de séance un peu hésitant, la cote parisienne s’est appréciée pour dépasser à plusieurs reprises le cap symbolique des 4.800 points qu’elle n’avait plus atteint depuis début décembre 2015.

"Le marché attend la conclusionde la réunion de la Réserve fédérale (Fed) mercredi" aux Etats-Unis, relève auprès de l’AFP Andrea Tuéni, analyste pour Saxo Banque.

La grande majorité des investisseurs estiment que la Fed annoncera le relèvement de ses taux directeurs, à l’issue de la réunion de son comité de politique monétaire entamée ce mardi.

Même si "le marché a déjà intégré une hausse des taux demain, ce qui sera intéressant sera de savoir ce qui va se passer en 2017, le rythme de hausse des taux à venir. Cet aspect-là sera scruté par les marchés", commente M. Tuéni.

Dans ce contexte, la cote parisienne est restée bien orientée, soutenue en particulier par le secteur bancaire, un rebond "lié à la situation en Italie", explique M. Tuéni.

"Il y a une détente sur les taux obligataires et l’espoir d’un passage de témoin en douceur, avec un nouveau chef de gouvernement plutôt dans la lignée de Matteo Renzi, de nature à rassurer les marchés", ajoute-t-il.

Le nouveau président du Conseil italien, Paolo Gentiloni, a d’ailleurs assuré mardi que son gouvernement était prêt à intervenir pour venir au secours de la troisièmebanque italienne en difficultés, la BMPS. Par ailleurs, Unicredit a annoncé un plan de recapitalisation massif salué par les marchés.

Pour M. Tuéni, "cela donne un secteur bancaire italien assez ferme, avec une contagion au secteur bancaire européen".

Dans ces conditions, les indicateurs sont passés un peu au second plan.

Outre-Rhin, l’Allemagne a publié les chiffres définitifs de son inflation pour le mois de novembre qui est restée stable à 0,8%.

Le baromètre ZEW du moral des investisseurs allemands en décembre est également resté inchangé à 13,8 points.

En Chine, les ventes de détail ont enregistré leur plus forte hausse de 2016.

Enfin, aux Etats-Unis, les prix à l’importation ont rechuté en novembre (-0,3%) à cause des prix pétroliers.

Sur le plan des valeurs, Airbus a gagné 3,97% à 62,85euros, sur fond d’anticipations de la finalisation d’un accord portant sur la vente d’une centaine d’avions à l’Iran.

Europcar a perdu 0,73% à 9,53 euros après l’annonce de l’acquisition de son franchisé en Irlande, dont il récupère l’activité de location de véhicules et le service d’autopartage.

Les valeurs du secteur bancaire ont quant à elles terminé en ordre dispersé. Société Générale a pris 1,07% à 46,55 euros et BNP Paribas 0,88% à 59,73 euros. A l’inverse, Crédit Agricole a lâché 0,39% à 11,52 euros.

lem/ef/az

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.