La Bourse de Paris finit positivement (+0,25%) avant l’oracle de la BCE

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

2La Bourse de Paris finit positivement (+0,25%) avant l’oracle de la BCE2

L’indice CAC 40 a pris 11,39 points à 4.520,30 points dans un volume d’échanges faible de 2,7 milliards d’euros. La veille, il avait fini en hausse de 1,32%.

La cote parisienne a passé l’essentiel de la séance près de l’équilibre, les investisseurs évitant les positions tranchées avant la réunion de l’institution monétaire européenne. Le marché s’est toutefois un peu enhardi en toute fin de séance,aidée par une baisse inattendue des stocks de pétrole brut aux États-Unis, favorable au secteur.

"C’est la veillée d’armes avant la réunion de la BCE. Les investisseurs attendent surtout que les pistes concernant le programme de soutien monétaire soient affinées, pour savoir s’il va être prolongé ou aménagé", a expliqué Françoise Rochette, responsable de l’allocation d’actifs chez Mandarine Gestion.

Les investisseurs sont en effet soucieux d’y voir plus clair sur l’avenir réservé au programme de soutien monétaire après la date-butoir de mars 2017.

Lors de la dernière réunion, le président de la BCE Mario Draghi "avait aiguisé la curiosité des investisseurs avec la mise en place de groupes de travail" pour mener à bien ce programme, a-t-elle ajouté.

Les investisseurs espèrent donc avoir quelques réponses, même s’"ils n’attendent pas d’annonces cette fois-ci, mais plutôt en décembre où seront dévoilées les nouvelles projections économiques" de la banque centrale, a-t-elle développé.

Sur le plan des valeurs, AccorHotels a été soutenu par un chiffre d’affaires au troisième trimestre en hausse de 3%, avec des performances "solides" dans ses principaux marchés.

Carrefour a progressé (+4,69% à 24,57 euros), grâce à des ventes en hausse de 1,1% au troisième trimestre.

TF1 a bondi de 4,70% à 8,47 euros, dynamisé par un relèvement de recommandation de "neutre" à "acheter" par Natixis.

Edenred a décollé (+6,98% à 21,77 euros) après avoir dit viser une croissance organique annuelle de son "chiffre d’affaires opérationnel" supérieure à 7% sur trois ans.

A l’inverse, EDF a lâché 1,77% à 10,26 euros, pénalisé parl’obligation de stopper cinq réacteurs supplémentaires, en raison d’une anomalie dans la composition de l’acier d’équipements clefs.

abx/fpo/az

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.