La Bourse de Paris faiblit après son rebond des deux deriners jours (-0,50%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

2La Bourse de Paris faiblit après son rebond des deux deriners jours (-0,50%)2

L’indice CAC 40 a perdu 21,54 points à 4.316,67 points, dans un volume d’échanges peu étoffé de 2,4 milliards d’euros. La veille, il avait pris 0,36%.

Le marché parisien a ouvert à l’équilibre mais a rapidement perdu du terrain, restant prudent à l’image des dernières séances.

"Le marché n’arrive pas à accélérer faute de nouvelles macroéconomiques favorables, mais peu d’éléments justifient une forte baisse des cours", résume Alexandre Baradez, analyste chez IG France.

Les investisseurs avaient en outre peu d’indicateurs économiques à suivre en séance, si ce n’est la publication des stocks hebdomadaires de brut américains qui ont reculé contre toute attente.

"C’est une vraie surprise qui a permis une hausse des cours du pétrole et donc de limiter un peu les pertes des indices boursiers", remarque M. Baradez.

Les marchés européens ont été dans le même temps pénalisés par la déconvenue du secteur bancaire italien après des résultatsayant relancé les inquiétudes sur la solidité des banques de la péninsule.

Le marché, qui souffre depuis deux semaines, reste par ailleurs prudent avant de nombreuses échéances économiques et politiques dans les semaines à venir, ce qui peut brider l’élan des indices boursiers.

John Plassard, chez Mirabaud Securities, cite "le vote en Grande-Bretagne concernant une sortie de l’Union européenne le 23 juin, la réunion de la réserve fédérale américaine (Fed) du 26 juin et finalement les nouvelles élections législative espagnoles du...26 juin aussi".

Enfin, le marché a été affecté par plusieurs publications d’entreprises sanctionnées par les investisseurs.

JCDecaux a plongé (-9,99% à 35,47 euros), pénalisé par un possible ralentissement de sa croissance au deuxième trimestre, malgré un chiffre d’affaires en hausse au premier trimestre. La recommandation sur le titre a par ailleurs été abaissée par Barclays et HSBC.

EDF a perdu 2,75% à 11,34 euros, après un repli de son activité au premier trimestre, du fait des prix bas de l’électricité, notamment en France, et du climat doux.

Numericable-SFR a lâché 0,52% à 27,69 euros, limitant ses pertes alors que le marché s’est montré déçu par les résultats trimestriels de l’opérateur qui est retombé dans le rouge, avec une perte nette de 41 millions d’euros.

Arkema a bondi (+5,05% à 71,50 euros), grâce à un bénéficenet plus que doublé au premier trimestre.

Alstom a pris 1,39% à 22,21 euros après avoir vu son résultat net revenir dans le vert en 2015-2016 grâce à la vente de son pôle énergie.

Enfin, le secteur bancaire a été sous pression. BNP Paribas a perdu 1,00% à 44,13 euros,Crédit Agricole 0,21% à 38,50 euros et Société Générale 1,40% à 33,00 euros.

jbo/fka/gib

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.