La Bourse de Paris en recul, lestée par l’aversion au risque (-0,35%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris en recul, lestée par l’aversion au risque (-0,35%)

A 09H17 , le CAC 40 cédait 18,06 points à 5.103,38 points. La veille, l’indice avait fini en hausse de 0,58% à 5.121,44 points.

Les questions de politique internationale occupaient le devant de la scène quelques heures après une frappe américaine sur la Syrie. Jeudi soir, les Etats-Unis ont tiré des dizaines de missiles de croisière contre une base aérienne du régime syrien, en réponse à une attaque chimique présumée que le président américain Donald Trump a qualifiée de "honte pour l’humanité".

"Après le virage stratégique des Etats-Unis sur la Syrie, les investisseurs aimeraient en savoir plus sur la ligne de conduite de Washington etses conséquences sur la relation du pays avec la Russie", ont commenté les analystes du courtier Aurel BGC dans une note.

En outre, Donald Trump poursuivait ses discussions avec le président chinois Xi Jinping, au second jour d’un sommet qui devait être dominé par leurs relations commerciales et le dossier nord-coréen.

- Emploi américain -

Néanmoins, le thème macroéconomique sera bien présent, avec en point d’orgue la publication par le gouvernement américain du taux de chômage et des créations d’emplois pour mars, indicateur scruté attentivement par les investisseurs.

Il s’agit du "principal événement de la journée à un moment où le marché du travail américain semble progresser, après le rapport ADP publié un peu plus tôt cette semaine rendant compte de 263.000 emplois créés en mars", a relevé Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

Toujours du côté des indicateurs, outre les chiffres de l’emploi, les Etats-Unis publieront les crédits à la consommation en février.

L’Allemagne a déjà diffusé avant l’ouverture des marchés les chiffres de son excédent commercial, qui a progressé enfévrier pour atteindre 21 milliards d’euros.

En outre, la production industrielle allemande a agréablement surpris avec une hausse de 2,2% sur un mois en février, alors que les analystes escomptaient un repli.

En France, la production industrielle a à l’inverse une fois encore reculé en février par rapport au mois précédent, de 1,6%, après une baisse de 0,2% en janvier.

De son côté, le Royaume-Uni fera connaître plusieurs données, dont sa production industrielle en février.

Sur le front des valeurs, EDF prenait 2,32% à 8,06 euros, soutenupar un relèvement de sa recommandation à "surpondérer" par JPMorgan. La ministre de l’Energie Ségolène Royal a assuré vendredi que le décret permettant l’arrêt de Fessenheim "sera pris" avant la fin du quinquennat, en dépit du délai obtenu la veille par EDF pour avancer vers la fermeture de la plus vieille centrale nucléaire française.

Total gagnait 0,66% à 48,85 euros après la signature d’un protocole d’accord en vue de rejoindre le Technology Center Mongstad, un important site de développement de technologies de captage de CO2 situé en Norvège.

Casino s’appréciait de 0,80% à 52,80 euros, poussé par un relèvement de sa recommandation à "neutre" par UBS.

A l’inverse, Carrefour était pénalisé (-1,94% à 21,22 euros) par un abaissement de sa recommandation à "vendre" par UBS, tout comme Metropole Television (M6) (-2,15% à 20,51 euros), abaissé à "sous-pondérer" par JPMorgan, ainsi que Sanofi (-0,65% à 84,68 euros), abaissé à "réduire" par HSBC.

Theraclion était dopé (+13,20% à 5,49 euros) par la publication de résultats à long terme positifs dans le traitement du fibroadénome du sein par la technologie Echopulse.

lem/mch/pre

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.