La Bourse de Paris en nette baisse, pénalisée par des indicateurs chinois (-1,24%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

2La Bourse de Paris en nette baisse, pénalisée par des indicateurs chinois (-1,24%)2

A 09H24 , l’indice CAC 40 perdait 57,97 points à 4.630,73 points. La veille, il avait lâché 0,27%.

Le marché ne prenait aucun risque pour cette nouvelle séance, après des statistiques encore préoccupantes sur le commerce extérieur chinois.

Il poursuivait son repli entamé la veille, qui intervient sans grande surprise suite à une série de six séances de hausse consécutives.

Le courtier Aurel BGC anticipait dans une note publiée avant l’ouverture un début de séance marqué par "la prudence et l’hésitation".

"Les investisseurs espéraient une bonne surprise en provenance de Chine, afin de valider le rebond des matières premières ces derniers jours. Mais les chiffres publiés ce matin ne donnent pas franchement le sentiment que la croissance chinoise se stabilise et s’apprête à rebondir", notent-ils.

Les importations dans le pays ont chuté de près de 18% en septembre sur un an, alors que lesexportations ont reculé de 1,1%.

Le marché semble toutefois être revenu à plus de sérénité concernant la situation en Chine, qui a été la source de fortes turbulences cet été sur les places boursières, sur fond de ralentissement économique dans le pays.

Dans le même temps, pour les stratégistes chez Crédit Mutuel-CIC, "les incertitudes restent fortes sur les marchés alors que le baril de pétrole est reparti fortement à la baisse et les paris se renforcent en faveur d’une action de la Fed en 2016".

L’un des gouverneurs de la Banque centrale américaine (Fed), Lael Brainard, a d’ailleurs plaidé lundi pour une approche prudente en matière de politique de taux face à la faible inflation et aux turbulences mondiales.

La séance qui s’ouvre sera par ailleurs pauvre en indicateurs, si ce n’est le baromètre ZEW de la confiance des milieux financiers en Allemagne (11H00), qui devrait être affecté par le scandale Volkswagen.

Parmi les valeurs, LVMH était en forte baisse (-3,03% à 161,45 euros), après les chiffres du commerce chinois et une publication qui n’a pas rassuré le marché. Le groupe a publié des ventesen hausse de 16% au troisième trimestre.

Ce chiffre a été tiré par les ventes de Vins et Spiritueux, ce qui profitait selon Aurel BGC aux groupes du secteur à savoir Pernod Ricard (+0,49% à 98,25 euros) et Remy Cointreau (+2,29% à 63,01 euros).

Dans le sillage de LVMH, Kering perdait de son côté 2,76% à 158,30 euros.

Plus généralement, les valeurs industrielles étaient pénalisées par la Chine, avec Renault (-2,21% à 75,25 euros), PSA Peugeot Citroën (-1,68% à 14,61 euros), Michelin (-2,64% à 84,18 euros) et LafargeHolcim (-1,92% à 49,07 euros).

Les valeurs liées aux matières premières souffraient, après la baisse des cours la veille. ArcelorMittal perdait 3,38% à 5,57 euros), Vallourec 5,37% à 10,30 euros, CGG (-2,54% à 3,98 euros) et Maurel et Prom (-2,88% à 161,70 euros), Technip (-2,17% à 46,52 euros) et Total (-1,59% à 44,43 euros).

Axa perdait 1,58% à 22,43 euros après un abaissement de recommandation de JPMorgan.

ADP était en légère baisse (-0,27% à 109,20 euros). Le groupe a annoncé un trafic en augmentation de 4,1%, hors impact de la grève des pilotes en 2014, et a révisé àla hausse son hypothèse de croissance à Paris pour 2015 de 2,6% à 3%.

Figeac Aéro grimpait (+3,25% à 19,70 euros) après avoir remporté un contrat de 230 millions de dollars auprès d’Embraer dans le cadre du programme E-Jets E2, les avions de ligne de nouvelle génération de l’avionneur brésilien.

Enfin, Lucibel chutait lourdement (-10,37% à 3,37 euros). La société a diminué ses pertes au premier semestre mais retarde à 2016 son objectif de retour à un résultat brut d’exploitation positif.

jbo/fpo/mcj

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.