La Bourse de Paris en léger recul, tournée vers la macroéconomie (-0,33%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris en léger recul, tournée vers la macroéconomie (-0,33%)

A 09H40 , l’indice CAC 40 perdait 18,05 points à 5.394,78 points. Vendredi, il avait fini sur une progression de 0,39% à 5.412,83 points, au plus haut depuis début février.

L’indice parisien a ouvert "en légère baisse dans le sillage de la clôture de New York et des incertitudes qui planent sur les résultats des entreprisesdu secteur de la technologie", ont expliqué dans une note les analystes de Mirabaud Securities Genève.

La Bourse de New York a en effet été secouée vendredi par l’accès de faiblesse du secteur de la technologie, mais aussi par une certaine fébrilité face à la montée des taux d’intérêt sur le marché de la dette.

La séance du jour sera dominée par la macroéconomie, avec les publications des indices PMI préliminaires en France, en Allemagne et aux Etats-Unis. Ces données sont "le principal rendez-vous de la séance", ont souligné les analystes du courtier Aurel BGC.

Elles "permettront d’avoir plus d’indications sur la trajectoire de la croissance", ont précisé les analystes de Saxo Banque.

En France, la croissance du secteur privé a accéléré en avril, après deux mois consécutifs de ralentissement, à la faveur notamment d’une hausse des nouvelles affaires, selon l’indice PMI publié par le cabinet IHS Markit.

Les investisseurs prendront connaissance du PMI en zone euro plus tard dans la matinée et de celui aux Etats-Unis dans l’après-midi. Les reventes de logements aux États-Unis sont également à l’agenda.

Par ailleurs, "le risque géopolitique est encore un sujet d’actualité même si son effet sur le marché s’atténue", a ajouté Saxo Banque, évoquant notamment des discussions "entre Pékin et Washington à propos des dossiers nord-coréen et iranien" qui semblent "plutôt aller dansle sens d’un regain du multilatéralisme".

Pour Aurel BGC, "les autres thématiques des dernières semaines", comme le protectionnisme américain ou encore le possible ralentissement de la croissance du secteur technologique aux Etats-Unis, continuent d’influencer les marchés.

Du côté des valeurs, Maurel et Prom cédait 1,56% à 28 euros, en dépit de la publication d’un chiffre d’affaires en hausse de 15% au premier trimestre, porté par la progression des cours du brut.

Le groupe français Bourbon, fournisseur de services maritimes pour l’industrie pétrolière, était stable à 5,05 euros, après avoir annoncé qu’il espérait parvenir à un accord général avec ses créanciers "avant la fin de l’année", à l’occasion de son assemblée générale ordinaire.

as/soe/esp