La Bourse de Paris démarre en terrain positif, aidée par Wall Street (+0,35%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris démarre en terrain positif, aidée par Wall Street (+0,35%)

A 09H00 , l’indice CAC 40 prenait 19 points à 5.441,54 points. La veille, il avaitfini en légère hausse de 0,24%.

Cette ouverture en terrain positif s’inscrit "dans le sillage de la progression des marchés américains hier soir, à mettre sur le compte de plusieurs facteurs tels que le nouveau record historique pour le Nasdaq, un probable accord commercial sur les importations d’automobiles entre les Etats-Unis et l’Union Européenne, et une audition sans faille du président de la Réserve fédérale américaine (Fed), Jerome Powell", ont estimé les experts de Mirabaud Securities Genève.

M. Powell a affirmé mardi devant des parlementaires américains que la Fed avait l’intention de tenir le cap de sa politique monétaire, en relevant graduellement les taux directeurs, malgré les incertitudes liées aux bras de fer commerciaux.

Le président de l’institution doit à nouveau être auditionné mercredi. "Il est toutefois peu probable que son témoignage diffère de son évaluation optimiste de l’économie américaine présentée la veille", a indiqué de son côté Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

Autre facteur rassurant pour les marchés : une rencontre entre les présidents de la Commission européenneJean-Claude Juncker et des Etats-Unis Donald Trump est prévue le 25 juillet afin de désamorcer le conflit commercial.

"Une majorité d’investisseurs semblent considérer que l’administration américaine va rapidement mettre un terme à cette folie (les mesures protectionnistes, ndlr), mais il y a pourtant de bonnes raisons d’en douter dans l’immédiat", ont estimé les analystes du courtier Aurel BGC.

Les tensions entre les Etats-Unis et l’Union européenne pourraient en effet s’aggraver. Washington a rejeté les demandes européennes de ne pas sanctionner les entreprises présentes en Iran, a-t-on appris mardi de sources européennes.

- Bond d’Ubisoft -

Du côté des indicateurs, la deuxième estimation de l’inflation en zone euro en juin est au programme.

Le reste de l’agenda est surtout américain. Les mises en chantier de logements en juin et le niveau hebdomadaire des stocks de pétroles sont attendus.

En outre, la Fed publierason rapport de conjoncture ("Livre Beige") dans la soirée.

En matière de valeurs, le secteur automobile était bien orienté, après l’annonce de la rencontre Juncker-Trump. Peugeot gagnait 1,43% à 21,27 euros, Renault 1,18% à 74,58 euros, Valeo 1,71% à 49,29 euros et Michelin 1,26% à108,50 euros.

De même, le secteur technologique évoluait dans le vert, dans le sillage du record du Nasdaq. STMicroelectronics grimpait de 2,57% à 20,17 euros et Soitec de 1,92% à 74,45 euros.

Alstom prenait 0,73% à 38,68 euros. Les actionnaires d’Alstom ont approuvé à une écrasante majorité mardi la prise de contrôle du groupe français par l’allemand Siemens, qui fait polémique en France depuis l’annonce en septembre du rapprochement des activités ferroviaires des deux entreprises.

Ubisoft bondissait de 7,40% à 106,95 euros après avoir annoncé unchiffre d’affaires "record" de 400 millions d’euros pour le premier trimestre de son exercice décalé 2018/19, porté par ses jeux de fond de catalogue et les investissements récurrents des joueurs.

bioMérieux reculait de 1,16% à 76,50 euros. Le groupe de diagnostic in vitro a publiémercredi des ventes dynamiques au deuxième trimestre, bien qu’en ralentissement par rapport à une activité particulièrement élevée en début d’année, et a annoncé son entrée au capital d’une société chinoise.

Virbac s’adjugeait 7,69% à 114,80 euros. Le groupe français de santé animale a publié mardi des ventes en léger recul au deuxième trimestre (-0,7%), en raison d’effets de change négatifs, mais en solide progression à taux de change constants (+4,3%), portées par certains marchés émergents.

Esker montait de 1,20% à 59,00 euros, après avoir enregistré un nouveau trimestre record sur la période avril-juin, lui permettant de confirmer ses objectifs pour l’année en cours.

EOS Imaging grignotait 0,86% à 4,71 euros. Le conglomérat chinois Fosun, connu pour ses acquisitions très diversifiées dans le monde, va prendre 13,2% du capital de la petite société française d’imagerie médicale EOS Imaging, pour environ 15,1 millions d’euros.

vac/soe/spi