La Bourse de Paris débute la semaine dans le vert, un oeil sur le pétrole (+0,14%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris débute la semaine dans le vert, un oeil sur le pétrole (+0,14%)

L’indice CAC 40 a pris 7,38 points à 5.472,91 points dans un volume d’échanges soutenu de 3,7 milliards d’euros. Vendredi, il avait fini en hausse de 1,24%.

La cote parisienne a ouvert en terrain positif et a conservé cette tendance avant de faiblir un peu en fin de séance, lestée par les cours du pétrole.

Samedi, des représentants de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et de certains de leurs partenairesse sont réunis pour une dernière réunion technique de suivi de l’accord de limitation de la production, avant la réunion officielle de Vienne.

La Russie et l’Arabie saoudite, deux des trois plus grands producteurs mondiaux, ont estimé récemment qu’ils pourraient devoir augmenter leurs objectifs de production.

"Le secteur des valeurs pétrolières et parapétrolières faiblit avec le brut qui se replie assez nettement, après les dernières indications selon lesquelles la Russie préfèrerait un prix un peu plus bas et une production un peu plus forte", commente auprès de l’AFP Daniel Larrouturou, directeur général délégué de Diamant bleu Gestion.

Le marché a toutefois été soutenu par la résolution de la crise politique en Italie, qui s’est dotée d’un nouveau gouvernement vendredi.

Les tensions commerciales ont finalement peu pesémalgré l’entrée en vigueur, vendredi, de taxes américaines sur l’acier et l’aluminium importés de l’Union européenne, du Mexique et du Canada.

"Le marché a l’air de minimiser l’impact des tensions commerciales (...) pour se concentrer sur la macroéconomie qui reste satisfaisante aux Etats-Unis, avec notamment le rapport sur l’emploi", souligne M. Larrouturou.

Selon ce rapport mensuel publié vendredi, le taux de chômage dans le pays est tombé à son plus bas niveau en 18 ans, à 3,8%, tandis que les créations d’emplois ont été solides.

Ce sont des chiffres "suffisamment forts pour maintenir une bonne dynamique de profits pour les entreprises américaines, mais cela ne sort pas du cadre des anticipations de la Réserve fédérale américaine. On suppose que la Fed ne va pas durcir davantage qu’attendu sa politique monétaire", analyse M. Larrouturou.

- Secteur pétrolier en repli -

Du côté des indicateurs, les investisseurs ont pris connaissance de plusieurs chiffres. Les Etats-Unis ont dévoilé des commandes industrielles en plus forte baisse que prévu en avril.

En zone euro, les prix à la production industrielle sont restés stables en avril. Enfin, en Allemagne, le marché automobile a enregistré une baisse de 5,8% en mai sur un an, après un rebond de 8% en avril.

En matière de valeurs, le secteur pétrolier et parapétrolier a fini en berne dans le sillage des cours de l’or noir.TechnipFMC a cédé 3,88% à 26,49 euros, Total -0,17% à 52,64 euros et Vallourec -2,39% à 5,38%.

Accor a chuté de 6,95% à 44,29 euros, après avoir manifesté son intérêt pour Air France-KLM, qui a bondi de 5,47% à 7,36 euros. Le groupe hôtelier envisage une "prise de participation minoritaire" au capital du groupe franco-néerlandais, selon un communiqué d’AccorHotels.

Société Générale a pris 0,73% à 37,81 euros, après avoir annoncé des accords de principe pour mettre fin à des enquêtes en cours en France et aux Etats-Unis dans les dossiers du Libor et du fonds souverain libyen. Au total, la banque française va payer 500 millions d’euros pour clore ses litiges libyens. La banque a par ailleurs démenti toute discussion au sein de son conseil d’administration en vue d’un éventuel rapprochement avec la banque italienne Unicredit.

SES a fini en hausse (+3,21% à 15,74 euros), dopé par le lancement de son satellite SES-12 à bord d’une fusée Falcon 9 de SpaceX. Dans son sillage, Eutelsat a gagné 2,90% à 17,05 euros.

Danone a cédé 1,15% à 65,18 euros. Sa filiale marocaine, qui fait face depuis six semaines à une campagne inédite de boycott au Maroc, a annoncé lundi s’attendre à une baisse d’environ 20% de son chiffre d’affaires.

Safran a reculé de 1,30% à 102,35 euros après l’annonce, avec Boeing, d’une co-entreprise détenue à parité pour développer et produire des générateurs auxiliaires qui fournissent l’énergie des avions au sol.

lem/ef/az