La Bourse de Paris dans une dynamique incertaine (-0,06%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris dans une dynamique incertaine (-0,06%)

A 09H33 , l’indice CAC 40 perdait 3,62 points à5.636,96 points. Vendredi, la cote parisienne a fini en hausse de 0,36%.

"C’est encore la confusion qui prédomine en ce dernier jour du mois sur la plupart des thématiques qui intéressent les marchés", observe Tangi Le Liboux, analyste chez Aurel BGC.

Sur le front commercial, "les derniers signaux sont contrastés, notamment parce que Washington réfléchirait à de nouvelles mesures afin de couper un peu plus les liens avec la Chine", poursuit-il dans une note.

Selon l’agence Bloomberg, des responsables américains sont "en train de discuter des façons de limiter les flux des portefeuilles des investisseurs américains vers la Chine".

Parmi les options envisagées figurent notamment le retrait des sociétés chinoises des Bourses américaines ou l’imposition de limites à l’exposition des fonds de pensions publics au marché chinois, affirmeBloomberg, qui cite des sources proches du dossier.

De son côté, le chef de la diplomatie chinoise, Wang Yi, a assuré vendredi à la tribune de l’ONU que son pays allait rester ferme dans ses négociations commerciales avec les Etats-Unis, tout en avertissant que le protectionnisme pourrait provoquer une récession mondiale.

"Ces informations ont évidemment jeté un froid avant la reprise des négociations entre la Chine et les Etats-Unis, qui pourraient reprendre les 10 et 11 octobre", souligne Tangi Le Liboux, analyste chez Aurel BGC.

Alors que Pékin célébrera mardi en fanfare le 70e anniversaire du régime communiste chinois, de violents affrontements ont opposé dimanche à Hong Kong les manifestants pro-démocratie à la police.

"En Europe, nous sommes maintenant à un mois pile de l’échéance sur le Brexit, mais nous n’avons toujoursaucune certitude sur le scénario qui va prendre forme d’ici là", souligne M. Le Liboux.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a réaffirmé dimanche sa détermination à mettre en oeuvre, coûte que coûte, la sortie de l’UE au 31 octobre, et a exclu à nouveau de démissionner.

Sur le volet des statistiques, les investisseurs ont pu cependant se réjouir de l’activité manufacturière en Chine qui a connu en septembre un rebond inattendu, selon l’indice des directeurs d’achat (PMI), à son plus haut niveau depuis février 2018.

Ils s’intéresseront àl’inflation de septembre en Allemagne, au chômage en zone euro et aux chiffres de la croissance britannique au 2e trimestre.

La production industrielle au Japon a pour sa part reculé plus que prévu (de 1,2%) en août sur un mois.

- EDF portée par Fessenheim -

EDF progressait de 2,18% à 10,30 euros. La société recevra au moins 400 millions d’euros de l’Etat pour la fermeture anticipée de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) l’an prochain, auxquels s’ajoutent des sommes représentant son manque à gagner.

Total cédait 0,17% à 47,51 euros après la finalisation de son acquisition pour 3,9 milliards de dollars des 26,5% que détenait la société américaine Anadarko dans le projet LNG au Mozambique.

Bonduelle perdait 0,64% à 23,35 euros après avoir enregistré un bénéfice net stable lors de son exercice décalé 2018-19.

Adocia prenait 2,47% à 10,80 euros après avoir encaissé 14,3 millions de dollars de la part d’Eli Lilly dans le cadre du litige les opposant, et la clôture "d’un commun accord" de la procédure civile initiée par son ex-partenaire américain.

Amoeba cédait 0,68% à 0,59 euro, la société ayant reconnu vendredi qu’il lui faudrait trouver de nouveaux financements d’ici juillet.

pan/pn/mcj