La Bourse de Paris dans le vert, rassurée sur les tensions commerciales, portée par les résultats (+0,75%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris dans le vert, rassurée sur les tensions commerciales, portée par les résultats (+0,75%)

A 10H15 , l’indice CAC 40 prenait 40,71 points à5.467,12 points. La veille, il avait fini en recul de 0,14%.

"Les marchés vont avoir énormément d’informations à digérer ce matin", ont relevé les analystes du courtier Aurel BGC.

"En plus de l’accord inespéré (mais qui invite à la prudence) entre Donald Trump et Jean-Claude Juncker et de la chute colossale de Facebook dans les échanges électroniques, les publications de résultats sont très nombreuses en Europe ce matin", ont-ils détaillé.

Donald Trump et le chef de l’exécutif européen Jean-Claude Juncker ont désamorcé mercredi la crise née des tarifs douaniers imposés par les Etats-Unis, annonçant une série de décisions dans l’agriculture, l’industrie et l’énergie dont la portée exacte reste cependant à confirmer.

"La conférence de presse à l’issue de la rencontre entre le président Trump et Juncker a répondu à certaines interrogations", a estimé de son côté Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

"L’aspect positif, c’est que la perspective de tarifs douaniers de 25% sur les voitures européennes s’est éloignée pour le moment, de même que les mesures de rétorsion européennes", a commentéM. Hewson.

Par ailleurs, les investisseurs suivront attentivement la réunion de la Banque centrale européenne, en début d’après-midi.

"Un passage obligé mais ennuyeux d’avance", a commenté Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque. "C’estune réunion qui confirmera que la banque centrale est sur pilotage automatique au moins jusqu’à la fin de l’année et qui devrait se borner à réitérer, au moins dans les grandes lignes, les propos tenus lors de la précédente réunion", a-t-il anticipé.

La BCE devrait maintenir lecap adopté en juin d’un resserrement monétaire par étapes, malgré les tensions commerciales qui risquent de peser sur la santé de l’économie mondiale.

Du côté des indicateurs, la confiance des ménages français est restée stable en juillet, à son plus bas niveau depuis août 2016. Le moral des consommateurs en Allemagne devrait pour sa part très légèrement reculer en août tout en restant à des niveaux élevés, selon l’institut GfK.

Les investisseurs prendront également connaissance des commandes de biens durables en juin et des demandes hebdomadaires d’allocation chômage aux Etats-Unis.

- Airbus en tête du CAC 40 -

En matière de valeurs, Airbus montait de 4,86% à 110 euros et se plaçait à la tête du CAC 40, grâce à des résultats au 2e trimestre supérieurs aux attentes et un environnement solide, malgré une baisse du bénéfice net.

AccorHotels perdait 1,28% à 43,30 euros, malgré un bénéfice net de 2,18 milliards d’euros au premier semestre et le maintien de ses objectifs annuels.

Essilor progressait de 2,30% à 126,80 euros, soutenu par une amélioration de la croissance organique de ses ventes au deuxième trimestre, lui permettant de maintenir ses objectifs annuels.

Orange prenait 1,14% à 14,14 euros, bénéficiant de la publication d’un bénéfice net en forte progression, de 31,3% sur le premier semestre de l’exercice à 789 millions d’euros, et de la confirmation de ses objectifs pour 2018.

Schneider Electric reculait de 2,80% à 68,02 euros, en dépit d’un relèvement de ses prévisions d’activité et de performance opérationnelle pour cette année.

Total gagnait 1,38% à 53,53 euros, bénéficiant de la publication de résultats en forte hausse au deuxième trimestre, grâce à la poursuite du redressement des cours du brut et à la hausse de sa production.

Valeo chutait de 6,73% à 43,93 euros, pénalisé par un bénéfice net en recul de 10% au premier semestre, en raison notamment de la hausse du coût des matières premières, et par la révision à la baisse ses objectifs pour l’année.

Alten s’adjugeait 0,29% à 85 euros, profitant d’une accélération de sa croissance au deuxième trimestre, portée par tous ses secteurs d’activité.

Casino perdait 1,92% à 34,66 euros, après avoir réduit sa perte nette de 24,1% à 67 millions d’euros.

Eurazeo s’élevait de 1,28%à 67,25 euros, porté par un bond de son bénéfice et de son chiffre d’affaires sur ce premier semestre.

Europcar avançait de 4,98% à 8,85 euros, le loueur de voitures étant repassé dans le vert au premier semestre et ayant confirmé ses objectifs annuels.

Fnac Darty cédait 1,07% à 78,75 euros, affecté par un chiffre d’affaires en légère baisse au premier semestre, à 3,20 milliards d’euros, malgré un bénéfice net de 8 millions d’euros.

Ingenico perdait 5,03% à 68,30 euros, pénalisé par une baisse de son bénéfice net de 58%, à 54 millions d’euros au premier semestre 2018, pour un chiffre d’affaires en hausse de 1%, à 1,229 milliard d’euros.

Ipsen baissait de 2,40% à 140,40 euros, malgré un bénéfice net de 197,3 millions d’euros au premier semestre, ayant bondi de 56,7% sur un an.

Ipsos était pénalisé (-6,76% à27,30 euros) par un recul de 5,7% de son chiffre d’affaires à 786 millions d’euros au premier semestre, ce qu’il a mis sur le compte d’importants effets de change.

Korian profitait (+2,38% à 30,16 euros) de la réitération de ses objectifs pour 2018, grâce à une activité en croissance au deuxième trimestre.

Suez était soutenu (+1,60% à 12,05 euros) par un doublement de son bénéfice sur le premier semestre grâce à l’amélioration de sa performance opérationnelle et une baisse de ses impôts.

Vallourec se repliait de 1,67% à 5,40 euros, après avoir creusé sa perte nette au deuxième trimestre en raison de charges de restructuration.

Akka Technologies montait de 5,38% à 66,60 euros, profitant d’une hausse de son chiffre d’affaires de 6,8% sur le premier semestre de son exercice, à 711,9 millions d’euros, porté notamment par sesactivités dans l’Hexagone.

Lectra était en hausse de 8,62% à 19,66 euros, soutenu par un bénéfice net en progression de 10% sur le deuxième trimestre.

SoLocal prenait 4,93% à 1,15 euros, après avoir confirmé ses objectifs financiers pour l’exercice en cours malgré une perte nette de 80 millions d’euros sur le premier semestre.

vac/soe/esp