La Bourse de Paris continue à regagner du terrain (+0,32%) après un mois difficile

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris continue à regagner du terrain (+0,32%) après un mois difficile

L’indice CAC 40 a gagné 16,35 points à 5.102,13 points, dans un volume d’échanges étoffé de 4,2 milliards d’euros. La veille, il avait clôturé en léger repli .

Au cours de la semaine écoulée, la place parisienne a pris 2,71%, réduisant ses pertes depuis le 1er janvier à 3,96%.

La cote parisienne a ouvert sur une belle hausse, avant de ralentir nettement le pas, lestée par la mauvaise performance d’Apple à Wall Street et par les questions soulevées par des chiffres d’emploi meilleurs que prévu aux États-Unis.

"Le marché poursuit sa respiration après un mois d’octobre pénible. Les places européennes ont bien profité en début de séance des déclarations de Donald Trump sur lapossibilité d’un accord commercial avec la Chine", a dit à l’AFP Daniel Larrouturou, directeur général délégué à Diamant bleu Gestion.

Le président américain a déclaré jeudi avoir eu une "très bonne conversation" avec son homologue chinois Xi Jinping, affirmant que les discussions sur le commerce "avancent bien avec des rencontres en train d’être programmées pendant le G20 en Argentine".

Mais "les statistiques d’emploi de très bonne facture induisent", dans l’esprit des investisseurs, "une hausse des taux directeurs de la Réserve fédérale américaine et des tensions sur les taux d’emprunt américains", ce qui a ensuite pesé sur le marché boursier, a complété M. Larrouturou.

L’économie américaine a continué de créer des emplois à un rythme soutenu en octobre avec un taux de chômage à son plus bas niveau en près de 50 ans et dessalaires qui augmentent.

Les chiffres de créations d’emplois ont tout particulièrement dépassé les attentes avec 250.000 emplois de plus, contre 185.000 prévu par les analystes. Un dynamisme propre à soutenir la politique de resserrement monétaire menée par la Banque centrale américaine, mais qui n’est pas sans inquiéter les marchés toujours tendus face au renchérissement des coûts de financements.

- Embellie pour le luxe et l’automobile -

"La baisse du groupe américain Apple à New York, du fait de perspectives jugées un peu faibles par les investisseurs", a également ralenti la cote parisienne, selon l’expert de Diamant bleu Gestion.

Le déficit commercial des États-Unis s’est pour sa part une nouvelle fois creusé en septembre, sous l’effetd’un déficit record des importations en provenance de Chine.

Sur le terrain des valeurs, les titres les plus chahutés par les tensions commerciales ont connu une belle embellie, en particulier ceux du secteur automobile et du luxe.

Plastic Omnium s’est adjugé 7,64% à 26,35euros, Faurecia 6,65% à 46,32 euros, Valeo 4,24% à 28,75 euros et Michelin 1,21% à 91,68 euros.

Renault a également gagné 0,45% à 66,27 euros et Peugeot 1,20% à 21,06 euros.

Côté luxe, LVMH a bondi de 3,43% à 279,05 euros et Kering de 5,51% à 421 euros.

Wendel a fini à l’équilibre (-0,09% à 114,40 euros) au lendemain de l’annonce de la cession de la totalité du capital de la firme japonaise Nippon Oil Pump (NOP), pour un montant évalué à 85 millions d’euros.

abx/soe/jlp