La Bourse de Paris commence la semaine sans prendre de risques (-0,17%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris commence la semaine sans prendre de risques (-0,17%)

L’indice CAC 40 a perdu 8,15 points à 4.867,78 points, dans un volume d’échanges faible de 2 milliards d’euros. Vendredi, ilavait fini en nette hausse de 1,70%.

La cote parisienne a ouvert en léger recul, a oscillé longtemps autour de l’équilibre avant de refluer à nouveau un peu en fin de séance.

"C’est une journée assez calme et pas vraiment représentative de ce qui se passe sur les indiceseuropéens depuis le début de l’année. Quand les marchés américains sont fermés, il est rare que l’Europe connaisse de grands mouvements", a observé auprès de l’AFP Alexandre Baradez, un analyste de IG France.

"Les investisseurs ont néanmoins eu un peu plus de nouvelles négativesque positives aujourd’hui et durant le week-end", à commencer par "les chiffres de croissance chinois qui sans être inférieurs aux attentes ont confirmé le ralentissement" de la deuxième économie mondiale, ce qui "n’a pas aidé les marchés européens", a-t-il poursuivi.

Principale statistique d’une journée pauvre en publications, la croissance de la Chine a en effet ralenti tout au long de 2018, pour atteindre son plus faible niveau en 28 ans sur l’ensemble de l’année.

Le contexte reste en outre marqué par le blocage budgétaire aux États-Unis, désormais dans sa5e semaine, qui prive le marché de visibilité sur l’économie américaine", selon M. Baradez.

Les nouvelles prévisions du FMI n’ont pas non plus offert aux marchés de quoi se réjouir, avec une économie mondiale qui reste solide, mais s’essouffle plus vite que prévu.

Lesinvestisseurs restent par ailleurs tournés vers le Royaume-Uni où la Première ministre britannique Theresa May a annoncé lundi aux députés qu’elle allait retourner à Bruxelles reparler de la question du "filet de sécurité" censé éviter le retour d’une frontière physique entre les deux Irlande après le Brexit.

- Air France recherché -

En matière de valeurs, Air France-KLM a pris la tête de l’indice SBF 120, profitant d’un relèvement de sa recommandation à "surperformer" contre "neutre" auparavant par Davy.

TF1 a pâti en revanche (-1,66% à 6,82 euros) d’un abaissement de la sienne à "vendre" par Citi.

Airbus a pris 0,90% à 94,50 euros bénéficiant de la commande ferme signée par le loueur SMBC Aviation Capital pour 50 Airbus A320neo et 15 A321neo, d’une valeur totale au prix catalogue de 7,47 milliards de dollars (environ 6,56 milliards d’euros).

Renault a perdu 0,33%à 56,91 euros. Le ministre français de l’Economie, Bruno Le Maire, a confirmé dimanche que le scénario d’une fusion entre Renault et Nissan n’était "pas sur la table aujourd’hui", malgré des informations relayées par la presse japonaise.

Le PDG de Renault Carlos Ghosn, détenu depuis deux mois à Tokyo, a par ailleurs promis lundi de rester au Japon si on lui accordait la liberté sous caution, tout en proclamant de nouveau son innocence.

Casino a reflué de 0,56% à 38,97 euros. Le groupe a annoncé lundi la cession des murs de 26 supermarchés et hypermarchés valorisés 501 millions d’euros. Le groupe avait en outre annoncé samedi la vente de six hypermarchés à des adhérents Leclerc, pour un peu plus de 100 millions d’euros.

Engie a perdu 0,76% à 13,73 euros, l’énergéticien français s’apprêtant à céder ses quatre dernières centrales électriques fonctionnant au charbon en Europe, situées en Allemagne et aux Pays-Bas, au fonds américain Riverstone pour 250 millions d’euros, selon Les Echos lundi.

Alstom s’est élevé de 2,18% à 35,20 euros. Les conditions sont "remplies" pour une réussite de la fusion entre les activités ferroviaires d’Alstom et Siemens, a affirmé le ministre de l’Economie Bruno Le Maire dans un entretien au Journal du Dimanche, malgré les doutes émis par les deux entreprises.

abx/ef/az