La Bourse de Paris cède à nouveau du terrain (-0,43%) sous le coup des tensions commerciales

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris cède à nouveau du terrain (-0,43%) sous le coup des tensions commerciales

A 09H19 l’indice CAC 40 perdait 22,75 points à 5.253,27 points. La veille, il avait réussi à mettre sescraintes de côté pour finir en forte hausse de 2,62%. Wall Street avait également relativisé et terminé dans le vert.

"Alors que les investisseurs commençaient à se dire que le plus dur était passé, le président américain joue la surenchère", ont noté les analystes de Aurel BGC.

Après la clôture du marché américain, Donald Trump a en effet relancé l’offensive en menaçant d’imposer 100 milliards de dollars de nouvelles taxes douanières sur les importations chinoises.

Quelques heures plus tard Pékin, qui a effectué jeudi auprès de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) une démarche officielle concernant la première série de taxes douanières, a répliqué en se disant prête à "aller jusqu’au bout" et "quel qu’en soit le prix".

"L’impressionnant rebond de jeudi est sous la menace de la riposte lancée par Trump" qui "manifeste de plus en plus une approche dure", a souligné pour sa part Jasper Lawler, un analyste de London Capital Group.

Mais, "les marchés ne baissent pas franchement" pour autant, ont noté les analystes de Aurel BGC, y voyant le "signe que les investisseurs ne savent pas trop comment réagir" face aux nouvelles déclarations de Donald Trump qui "pourraient ne pas être crédibles".

- Emploi américain en mars -

"La nervosité monte aussi d’un cran dans l’attente de la publication du chiffre du chômage américain de mars" et "tous les yeux seront bien évidemment rivés vers le salaire horaire", ont également noté les analystes de Mirabaud Securities Genève.

L’agenda des indicateurs sera en effet dominé par la publication des chiffres officiels de l’emploi en mars. Les analystes tablent sur des créations d’emplois à 175.000 avec un recul dutaux de chômage d’un dixième de point de pourcentage à 4%.

Aux Etats-Unis, outre le rapport mensuel sur l’emploi, les crédits à la consommation en février sont attendus.

Avant l’ouverture des marchés, l’Allemagne a publié ses chiffres de production industrielle en février, marqués par un net repli de 1,6% sur un mois.

Sur le terrain des valeurs, Vivendi perdait 0,60% à 21,41 euros après avoir dévoilé sa liste de dix candidats au conseil d’administration de Telecom Italia (Tim), l’opérateur de télécoms italien dont la gestion par le groupe français est dénoncée par le fonds activiste américain Elliott.

Futuren gagnait 0,44% à 1,14 euro alors que le spécialiste de l’éolien, détenu à 87,5% par EDF (+0,39% à 11,51 euros), a enregistré en 2017 une perte nette de 5,2 millions d’euros, notamment en raison de charges liées aux opérations sur son capital.

Vallourec reculait de 1,12% à 4,41 euros, dans la foulée de l’annonce de la signature d’un ensemble de nouveaux contrats pour la fourniture de produits et services à la compagnie pétrolière nationale brésilienne Petrobras.

Carrefour baissaitde 1,27% à 16,66 euros. La direction du groupe a fait des propositions jeudi aux syndicats, notamment un bon d’achat de 150 euros, après la forte mobilisation qui a perturbé des centaines de magasins le 31 mars.

TF1 refluait de 0,96% à 10,28 euros après l’annonce d’un accord avec lesactionnaires minoritaires fondateurs de Newen Studios pour acquérir les 30% qu’il ne ne détenait pas encore.

Mersen lâchait 1,23% à 36,10 euros après l’annonce de l’acquisition du solde du capital de la société espagnole Cirprotec, dont il était déjà l’actionnaire majoritaire (51%) depuis 2014.

abx/tq/pan