La Bourse de Paris brave les troubles sur le commerce et la politique (+0,21%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris brave les troubles sur le commerce et la politique (+0,21%)

A 09H38 , l’indice CAC 40 gagnait 11,54 points à 5.632,11 points. La veille, il avait fini en hausse (+0,66%).

La Bourse new-yorkaise a terminé en légère baisse jeudi en raison des remous politiques à Washington.

"La procédure d’+impeachment+ (de destitution, ndlr) et l’interminable dossier commercial sont les deux variables qui dictent la tendance des derniers jours sur les marchés", rappelle dans une note Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

Les investisseurs restent vigilants sur les turbulences politiques du moment aux Etats-Unis. A quelque 400 jours du scrutin présidentiel, Donald Trump est sous la menace d’une procédure de destitution qui a peu de chances d’aboutir, mais représente la crise la plus aiguë de son mandat.

"Les statistiques seront nombreuses encore aujourd’hui mais pas de quoi détrôner la procédure +d’impeachment+ lancée à l’encontre de Donald Trump de la liste des sujets d’attention des investisseurs", estime aussi Tangi Le Liboux, analyste chez Aurel BGC.

"Autre événementen haut de la liste des investisseurs", les négociations commerciales au plus haut niveau entre Washington et Pékin doivent reprendre en octobre, poursuit-il.

Depuis plus d’un an, les deux premières économies mondiales sont engagées dans un bras de fer commercial, s’infligeant mutuellement des tarifs douaniers et soufflant le chaud et le froid au rythme de déclarations féroces suivies de gestes de conciliation.

Les espoirs d’une détente ont rechuté jeudi après des informations de presse selon lesquelles l’administration américaine ne prolongera probablement pas le répit accordé aux fournisseurs américains du géant chinois des télécoms Huawei, que Washington soupçonne d’espionner au profit de Pékin.

Peu auparavant, le gouvernement chinois avait pourtant fait preuve de bonne volonté en affirmant avoir acheté beaucoup de porc et de soja américains et M. Trump avait laissé miroiter mercredi un accord commercial avec la Chine "plus tôt qu’on ne le pense".

"Au sein de l’Union européenne, les Etats-membres ne croient pas Boris Johnson capable de conclure un accord sur le Brexit", souligne aussi Aurel BGC.

En France,les prix à la consommation ont augmenté en septembre de 0,9% sur un an, à un rythme inférieur à celui d’août (+1,0%) et les dépenses des ménages français en biens sont restées stables (+0,0%) en août.

Aux Etats-Unis, la confiance des consommateurs américains (Université du Michigan) et les commandes de biens durables pour août pourraient faire évoluer les indices.

- Bouygues tiré par une recommandation -

En tête du CAC 40, Bouygues profitait (+1,59% à 35,70 euros) du relèvement de recommandation à l’"achat" contre "vendre" par Société Générale.

Natixis reculait en revanche de 0,27% à 3,76 euros au lendemain d’une sanction totale de 3 millions d’euros infligées à deux filiales du groupe par la Commission des sanctions de l’Autorité des marchés financiers (AMF) pour "manquement à leurs obligations professionnelles".

Capgemini grappillait 0,19% à 108,25 euros après avoir reçu le feu vert du comité américain sur les investissements étrangers (CFIUS) pour poursuivre l’acquisition du groupe d’ingénierie Altran.

Akwel (ex-MGI Coutier) gagnait 2,42% à 16,96 euros, porté par la confirmation de ses objectifs pour l’année, malgré un bénéfice net en baisse de 22,4%.

Navya chutait de 7,96% à 1,04 euro, le constructeur de navettes autonomes ayant doublé ses pertes au premier semestre.

Ubisoft cédait 0,77% à 66,86 euros. L’éditeur de jeux vidéo a annoncé jeudi l’ouverture d’un studio à Da Nang (Vietnam) dédié au développement de jeux légers pour mobiles.

Carrefour avançait de 0,47% à 16,19 euros après la cession de 80% de Carrefour Chine au groupe chinois Suning.com.

pan/vac/mcj