La Bourse de Paris attend (-0,11%) l’emploi américain

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris attend (-0,11%) l’emploi américain

A 09H09 , l’indice CAC 40 perdait 5,98 points à 5.373,23 points. Laveille, il avait fini en hausse de 0,30%.

"Aujourd’hui, la séance sera dédiée à l’emploi américain avec la publication des chiffres mensuels" du ministère du Travail américain, ont souligné les analystes d’Aurel BGC.

"Chaque premier vendredi du mois, il est coutume de sefocaliser sur la publication" de ce rapport et "à 14H30, les traders retiennent leur souffle afin de savoir si le consensus est proche de la réalité", a aussi estimé Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

Mais selon lui, la donne sera différenteaujourd’hui car ce rapport "sera, inévitablement, +impacté+ lourdement par les récents évènements climatiques au Texas et en Floride".

Cela a été d’ailleurs le cas dans les chiffres, publiés mercredi par la société de services informatiques ADP, des créations d’emplois dans le secteur privé aux États-Unis qui ont fortement ralenti en septembre, affectées par les intempéries.

"Etant donné que le marché a déjà largement anticipé l’effet climat sur l’emploi, la publication des données n’aura vraisemblablement pas la même importance que d’habitude" car dufait de ces circonstances particulières, elles ne devraient pas infléchir la stratégie de normalisation monétaire de la Fed, a-t-il ajouté.

- La Catalogne toujours surveillée -

Les investisseurs resterontégalement attentifs, comme c’est le cas depuis lundi, à tous les événements en Catalogne, même si les espoirs d’une petite accalmie ont aidé jeudi la Bourse de Paris à retrouver des couleurs.

La pression s’est fortement accrue jeudi sur les séparatistes au pouvoir en Catalogne, sesdeux principales banques menaçant de transférer leur siège ailleurs en Espagne, tandis que la justice a interdit une séance parlementaire prévue lundi sur l’indépendance.

Pour le courtier Aurel BGC, "les marchés européens évacuent avec un peu trop d’empressement la crise catalane" alors que "le plus gros risque à court terme est un dérapage de la situation dans la rue".

"Les perspectives économiques se dégradent déjà en Catalogne à en croire les entreprises, qui font pression sur les indépendantistes. Néanmoins, il est vrai que la menace reste faible pour les autres indices européens", a-t-il complété.

Du côté des indicateurs, en dehors de l’emploi américain, le déficit commercial de la France s’est nettement réduit en août et le déficit budgétaire de l’Etat français a légèrement baissé à fin août. En Allemagne, les commandes industrielles ont pour leur part connu un rebond de 3,6% plus fort qu’attendu en août.

En matière de valeurs, Renault prenait 0,28% à 85,84 euros, alors que le groupe a annoncé viser cinq millions de véhicules vendus en 2022, horizon de son nouveau plan stratégique, soit une hausse de 44% par rapport à 2016.

Crédit Agricole montait de 0,35% à 15,59 euros. La banque commercialisera fin novembre une offre bancaire simplifiée, accessible via un téléphone mobile et à prix modéré, selon Les Echos, alors que le groupe de télécoms Orange (+0,04% à 13,82 euros) s’apprête à lancer sa banque mobile Orange Bank.

Carmat bondissait de 6,84% à 23,59 euros, profitant de l’annonce de l’obtention de l’autorisation d’effectuer des implantations de son coeur artificiel total chez l’homme au Kazakhstan.

LDC évoluait à l’équilibre (+0,04% à120,80 euros) dans la foulée de la publication d’un chiffre d’affaires en augmentation de 6,7% à 1,85 milliard d’euros au premier semestre de l’exercice 2016/2017, toutes les activités étant en croissance.

abx/fka/ggy

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.