La Bourse de Paris affiche sa réserve avant une réunion de la BCE (+0,10%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris affiche sa réserve avant une réunion de la BCE (+0,10%)

A 09H10 , l’indice CAC 40 gagnait 5,50 points à 5500,66 points. La veille, il avait fini en baisse de 0,72%.

"C’est le traditionnel rendez-vous des investisseurs qui se profile. En effet, la réunion de la BCE, et surtout la conférence de presse de Mario Draghi vont attirer l’attention des places financières", a observé Christopher Dembik, responsable de la recherche économiquechez Saxo Banque.

"Initialement, cette réunion comportait de faibles enjeux mais c’était sans compter l’annonce hier depuis Davos par le secrétaire au Trésor américain, Steven Mnuchin, qu’un dollar faible est bon pour l’économie américaine", a-t-il poursuivi.

Selon lui, "Il s’agit d’un secret de polichinelle mais cette déclaration intervient à un moment crucial puisque beaucoup d’investisseurs s’inquiètent de l’appréciation de l’euro face au dollar et des répercussions économiques négatives pour la zone euro".

"La sortie progressive des mesures accommodantes du côté de la BCE et les tentatives américaines pour affaiblir le dollar afin de repousser l’inévitable ralentissement économique vont certainement compliquer la tâche de l’Italien pour ses derniers mois à la présidence de la BCE", a-t-il estimé.

L’euro est passé mercredi au-dessus du seuil symbolique des 1,24 dollar alors que la monnaie américaine était plombée par des propos du secrétaire au Trésor Steven Mnuchin louant la faiblesse du billet vert.

Jeudi, au moment de l’ouverture des marchés européens, la monnaie européenne se maintenait au-dessus de 1,24 dollar.

Du côté des indicateurs, le baromètre GfK du moral des consommateurs allemands est ressorti à 10,8 points en janvier contre 10,07 en décembre 2017.

Aux États-Unis, les demandes hebdomadaires d’allocation chômage et les ventes de logements neufs en décembre sont aussi au programme.

- STMicroelectronics recherché -

En matière de valeurs, STMicroelectronics reprenait des couleurs au lendemain d’une séance difficile (+3,09% à 19,37 euros) profitant d’un bénéfice net multiplié par 4,8 sur l’ensemble de l’exercice 2017 et anticipe "une croissance durable et rentable" sur l’année à venir.

Getlink (Eurotunnel) reculait légèrement de 0,18% à 11,14 euros après la publication d’un chiffre d’affaires en légère hausse de 0,9% en 2017, à 1,033 milliard d’euros, porté par une bonne tenue des navettes et un record de trafic d’Eurostar.

Elior montait de 3,42% à 19,66 euros, dynamisé par un chiffre d’affaires en progression de 6,3% au premier trimestre de son exercice décalé 2017/18, porté par une "bonne dynamique commerciale" aux Etats-Unis et au Royaume-Uni.

Voltalia gagnait 1,50% à 10,80 euros après avoir réalisé en 2017 un chiffre d’affaires de 179,6 millions d’euros, en augmentation de 41,4%.

Stef progressait de 0,20% à 101,80 euros. Le groupe spécialisé dans la logistique du froid a réalisé au quatrième trimestre un chiffre d’affaires en hausse de 6,2%, à 783,7 millions d’euros, tiré notamment par les activités internationales.

Econocom bondissait de 13,88% à 7,22 euros, grâce à une hausse de son chiffre d’affaires de 17,5% en 2017, à 2,98 milliards d’euros alors que le groupe veut continuer à investir dans sa croissance.

Catering International et Services (CIS) prenait 1,11% à 18,20 euros. Le groupe spécialisé dans l’hébergement et la restauration de salariés sur des sites isolés a annoncé une légère hausse de son activité en 2017 et affiché sa confiance pour l’exercice en cours.

ADP bénéficiait (+0,18% à 163 euros) d’un relèvement de sa recommandation à "neutre" par Santander.

Engie grappillait 0,14% à 14,20 euros après l’annonce d’une prise de part majoritaire d’Electro Power Systems (EPS -10,53% à 10,20 euros), société spécialisée dans les "microgrids" (micro-réseaux électriques intelligents, ndlr), afin de renforcer sa position de "leader de la transition énergétique".

abx/ef/mml