La Bourse de Paris achève sur une petite hausse une séance calme (+0,30%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris achève sur une petite hausse une séance calme (+0,30%)

L’indice CAC 40 a pris 15,22 points à 5.101,13 points dans un volume d’échanges modéré de 2,9 milliards d’euros. La veille, il avait fini en recul de 0,71%.

La cote parisienne a ouvert quasiment stable, hésitant longtemps sur la tendance à prendre avant d’accélérer en toute fin de séance pour repasser, sur le fil, juste au-dessus du seuil des 5.100 points.

"C’est une séance assez terne, la journée la plus calme de la semaine en terme d’indicateurs", commente à l’AFP Andrea Tuéni, un analyste de Saxo Banque.

"Il y a un certain attentisme avant les grands rendez-vous à venir. Le marché préfère éviter des prises d’initiatives inutiles avant d’éventuelles surprises ou déceptions", explique-t-il.

L’agenda des prochains jours est en effet chargé, avec comme point d’orgue le rapport mensuel sur l’emploi américain vendredi, indicateur important de la santé de l’économie américaine.

Avant cela, les investisseurs seront attentifs à la tenue du premier sommet entre le président américain Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping, jeudi et vendredi, d’autant plus que Donald Trump a soufflé le chaud et le froid, indiquant qu’il anticipait une rencontre "très difficile".

Enfin, ajoute Andrea Tuéni, "il y a le débat présidentiel en France ce soir", débat télévisé qui opposera les 11 candidats à l’élection française.

- Prudence -

"Ce sujet continue de susciter de l’attentisme du côté des investisseurs", relève l’analyste, le marché craignant une victoire d’un candidat anti-européen.

Dans ces conditions, les investisseurs sont restés prudents ce mardi, "sans avoir envie de vendre ce marché qui reste à des niveaux élevés, ni cependant de le porter très haut au risque de se retrouver bloqués en cas de retournement rapide", ajoute M. Tuéni.

Lors de cette journée calme, les investisseurs ont toutefois eu quelques statistiques à digérer, notamment le déficit commercial aux Etats-Unis, qui a décru plus fortement que prévu en février, àla suite d’un recul des importations.

Les commandes industrielles outre-Atlantique ont de leur côté augmenté en février, surtout grâce aux transports.

En zone euro, les ventes au détail, baromètre de la consommation des ménages, ont progressé de 0,7% en février par rapport à janvier.

Sur le front des valeurs, les titres du secteur automobile ont pesé, à l’instar de Renault et de Peugeot (-0,97% à 18,47 euros), pénalisés par un fort recul du secteur aux Etats-Unis, après des ventes de voitures particulièrement décevantesen mars.

Vivendi a accroché 1,03% à 18,13 euros. Sa filiale de musique Universal Music a trouvé un nouvel accord avec le numéro un mondial du streaming musical, Spotify.

A l’inverse, les titres liés au secteur bancaire ont fini en berne à l’image de Société Générale (-1,33% à 45,70 euros), BNP Paribas (-0,83% à 60,71 euros) et Crédit Agricole (-0,36% à 12,45 euros).

lem/fka/pre

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.