La Bourse de Paris achève en repli une séance volatile (-0,25%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris achève en repli une séance volatile (-0,25%)

L’indice CAC 40 a cédé 13,95 points à 5.481,21 points dans un volume d’échanges étoffé de 3,9 milliards d’euros. La veille, il avait fini en baisse de 0,72%.

La cote parisienne a débuté à l’équilibre avant de gagner du terrain durant la matinée, soutenue notamment par un bond du moral des entrepreneurs allemands.

Mais cette avance n’a pas survécu à la poursuite de la hausse de l’euro face au dollar, dans le sillage d’une réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne .

"L’absence de fermeté dans les propos de Mario Draghi (le président de la BCE) sur le niveau élevé de l’euro l’a au final fait grimper", estime auprès de l’AFP Andrea Tuéni, analyste pour Saxo Banque.

Et ce d’autantplus que le billet vert continuait quant à lui de chuter après les propos du secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin, lequel a vanté mercredi les mérites d’un dollar faible pour l’économie américaine.

Mario Draghi a également noté la bonne santé de l’économie en zone euro, suscitant davantage encore l’appréciation de la monnaie unique, un mouvement peu apprécié par les sociétés exportatrices.

Conséquence : l’euro est monté vers 14H00 GMT à 1,2537 dollar, son niveau le plus élevé depuis décembre 2014. Aux alentours de 16H30 GMT, il redescendaitlégèrement à 1,2489 dollar.

Dans ces conditions, la volatilité est revenue sur le marché parisien, qui a oscillé au-dessus et en-dessous de l’équilibre une bonne partie de l’après-midi avant de s’ancrer dans le rouge.

"Les indices européens veulent continuer sur leur dynamique haussière mais ils vont commencer à être freinés par la volatilité de l’euro", estime M. Tuéni.

- Secteur bancaire dans le vert -

Dans ces circonstances, les indicateurs du jour sont passés au second plan. Parmi ceux-ci, les inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis, qui ont augmenté moins que prévu, n’ont pas du tout joué sur la tendance parisienne.

En matière de valeurs, STMicroelectronics a repris des couleurs au lendemain d’une séance difficile (+0,72% à 18,93 euros), profitant d’un bénéfice net presque quintuplé sur l’ensemble de l’exercice 2017.

Le secteur bancaire a fini dans le vert, profitant de la remontée des taux d’emprunt. Crédit Agricole a gagné 1,01% à 15,46 euros, Société Générale 1,01% à 46,47 euros, et BNP Paribas 1,22% à 68 euros.

A l’inverse, les sociétés exportatrices ont souffert des cours élevés de la monnaie unique, notamment Airbus (-2,76% à 88 euros) ou Kering (-1,16% à 401,50 euros).

Elior est monté de 2,31% à 19,45 euros, dynamisé par un chiffre d’affaires en progression de 6,3% au premier trimestre de son exercice décalé 2017/18.

Voltalia a gagné 1,50% à 10,80 euros, dopé par un chiffre d’affaires de 179,6 millions d’euros en 2017, en augmentation de 41,4%.

Econocom a bondi pour sa part de 6,55% à 6,76 euros, grâce à une hausse de son chiffre d’affaires de 17,5% en 2017.

lem/soe/eb