La Bourse de Paris accuse toujours le coup (-2,15%) après l’ouverture de Wall Street

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

2La Bourse de Paris accuse toujours le coup (-2,15%) après l’ouverture de Wall Street2

A 15H33 , l’indice CAC 40 perdait 96,23 points à 4.384,43 points, dans un volume d’échanges de 2,1 milliards d’euros. Vendredi, la cote parisienne avait terminé sur un bond de 3,07%.

"Au-delà de la question indépendantiste en Catalogne, les marchés sont prudents avant les élections générales qui se dérouleront en fin d’année" en Espagne, ont souligné les analystes de Aurel BGC.

"Les intervenants prennent le vote comme prétexte pour faire baisser le marché", "en manque d’appétence pour le risque" et en l’"absence de direction qui ne cesse de se reproduire de jour en jour", a également estimé Franklin Pichard, analyste chez Barclays Bourse.

Même sans majorité des voix, les indépendantistes ont remporté une victoire aux élections régionales en Catalogne, qui pose un énorme défi au gouvernement conservateur de Mariano Rajoy, à trois mois des législatives en Espagne.

M. Rajoy, s’est dit prêt lundi au "dialogue", mais toujours dans le cadre de la Constitution et jamais sur "la fin de l’unité de l’Espagne".

Les indicateurs du jour au Etats-Unis n’ont pas changé la donne. L’inflation est de nouveau restée modeste en août sur fond de faibles prix de l’énergie, tandis que les dépenses des ménages ontaugmenté légèrement plus que leurs revenus sur le même mois.

Sur le tableau des valeurs, le secteur automobile continuait de souffrir après une semaine déjà difficile dans le sillage du scandale des moteurs truqués de Volkswagen qui chutait à la Bourse de Francfort. Peugeot perdait 4,54% à 12,50 euros. Renault, qui a annoncé avoir lancé le processus d’acquisition de l’écurie de Formule 1 Lotus, lâchait 4,14% à 62,52 euros.

Les équipementiers automobiles Valeo (-2,46% à 115,10 euros), Faurecia (-4,57% à 26,53 euros) subissaient le même traitement par ricochet.

Rémy Cointreau bondissait de 4,65% à 56,53 euros, bénéficiant d’une recommandation sur le titre à "superformer" contre "performance du marché" par la même banque.

Airbus perdait 2,10% à 53,02 euros et Atos reculait de 0,25% à 68,57 euros : la société française deservices informatiques Atos et Airbus Defence and Space, une division de l’avionneur européen Airbus, ont annoncé la signature d’un accord de partenariat stratégique dans le domaine de la cyber-sécurité.

Engie (ex-GDF Suez) perdait 2,47% à 14,22 euros à la suite de l’incertitude planant sur le redémarrage prévu le 1er novembre de deux réacteurs belges exploités par une de ses filiales, Electrabel.

abx/fpo/tes

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.