La Bourse de Paris accuse le coup, déçue par la croissance américaine (-2,59%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

2La Bourse de Paris accuse le coup, déçue par la croissance américaine (-2,59%)2

L’indice CAC 40 a perdu 133,99 points à 5.039,39 points, au plus bas depuis fin mars, dans un volume d’échanges étoffé de 5,1 milliards d’euros. La veille, il avait lâché 1,81%.

Le marché parisien est resté hésitant dans la matinée mais a faibli nettement à la mi-journée et a creusé ses pertes par la suite, notamment après les chiffres de croissance aux Etats-Unis.

"Les chiffres de la croissance américaine peuvent être le déclencheur d’une correction des indices boursiers que les opérateurs attendaient", compte tenu de la hausse récente des marchés, explique Nicolas Chéron, analyste chez CMC Markets France.

Les investisseurs sont tentés deprendre leurs bénéfices, après des mois de hausse sur les marchés. Malgré la baisse de ces deux jours, le CAC 40 bondit encore de 17,94% depuis le 1er janvier.

"Le marché a mal réagi à de mauvais chiffres sur la croissance américaine qui est largement inférieure aux attentes", observe de son côté Alexandre Baradez, analyste chez IG France.

La croissance de l’économie des Etats-Unis a sévèrement calé au premier trimestre, plombée par l’hiver, le dollar fort et la chute des prix de l’énergie, progressant de 0,2%, alors que les analystes tablaient sur 1%.

"Cette déception s’ajoute à des résultats de sociétés mitigés aux Etats-Unis et aux incertitudes sur la Grèce", note M. Baradez.

Surtout, cet indicateur de croissance est publié quelques heures avant que le marché ne prenne connaissance des conclusions d’une réunion de la Réserve fédérale américaine , attendues après la clôture européenne.

Compte tenu de cette publication, "la Fed va devoir revoir son discours et repousser les échéances concernant la remontée des taux", estime M. Chéron.

"C’est un vrai casse-tête pour la Fed. Lemarché se demande si elle va encore repousser la remontée des taux en raison des difficultés de l’économie", renchérit M. Baradez.

Parmi les valeurs, les titres les plus dépendants de la conjoncture ont souffert, à l’image de Schneider Electric (-3,31% à 66,88 euros), Renault (-3,14% à 92,23 euros), ArcelorMittal (-4,31% à 9,57 euros) et Alcatel-Lucent (-4,28% à 3,49 euros).

PSA Peugeot Citroën a perdu 4,13% à 16,37 euros malgré l’annonce d’un chiffre d’affaires en hausse de 4,6% au premier trimestre.

Ipsen a bondi (+4,97% à 50,30 euros) grâce aurelèvement de ses objectifs après des ventes en hausse au premier trimestre.

Gameloft a pris 3,52% à 4,71 euros à la faveur d’une activité plus solide que prévu au premier trimestre.

Norbert Dentressangle s’est envolé (+36,33% à 216,90 euros), galvanisé par l’annonce deson passage sous pavillon américain avec son rachat par la société XPO Logistics.

jbo/fka/jra

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.