La Bourse de Paris accuse le coup (-0,84%), préoccupée par la Grèce et l’Italie

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris accuse le coup (-0,84%), préoccupée par la Grèce et l’Italie

A 09H32 , l’indice CAC 40 cédait 44,56 points à 5.287,91 points. La veille, il avait fini en léger recul de 0,08%.

"La baisse des (valeurs) financières italiennes (lundi), la dégradation de la note chinoise par Moody’s ou un G7 qui n’a pas permis de rassurer sur la volonté de Donald Trump de s’entendre avec les leaders des autres grands pays développés sont des éléments de prudence", ont relevé dans une note les stratégistes du courtier Aurel BGC.

"Alors que les investisseurs pariaient sur l’absence de scrutin anticipé ces derniers mois en Italie, la donne est peut-être en train de changer depuis quelques jours dans le pays. En effet, les partis semblent sur la voie d’un accord en vue de réformer la loi électorale, un préalable avant l’organisation de nouvelles élections", ont-ils détaillé.

Par ailleurs, même si le ministre grec des Finances, Euclide Tsakalotos, s’est dit lundi "confiant" que les créditeurs du pays, Union européenne et FMI, trouveront le 15 juin une "bonne solution" pour la sortie de crise du pays et son retour sur les marchés, la situation restait pour l’heure en suspens.

Face à cette résurgence d’un risque politique européen, l’indice parisien paraissait totalement insensible aux bons indicateurs publiés avant l’ouverture en France.

Le moral des ménages s’y est en effet amélioré ce mois-ci après quatre mois de stabilité pour atteindre son plus haut niveau depuis août 2007 tandis que les dépenses de consommation des ménages en biens ont rebondi en avril après deux mois de recul, a annoncé mardi l’Insee.

L’organisme public de statistiques a par ailleurs révisé à la hausse son estimation de la croissance française pour le premier trimestre, relevant son chiffre de 0,1 point, à 0,4%.

La confiance économique dans l’Union européenne ainsi que celle des consommateurs aux Etats-Unis (Conference Board) pour le mois de mai sont également attendues, tout comme les dépenses et revenus des ménages américains pour le mois d’avril.

Sur le terrain des valeurs, Bureau Veritas reculait de 2,23% à 20,80 euros, affecté par un abaissement de sa recommandation à "conserver" contre "acheter" auparavant par Kepler Cheuvreux.

Elior Group profitait à l’inverse (+1,13% à 24,98 euros) de la publication d’un bénéfice net en forte progression au premier semestre de son exercice décalé 2016-2017, porté par ses performances à l’international, ce qui lui a permis de confirmer ses objectifs annuels.

Engie s’appréciait de 0,15% à 13,28 euros après que l’énergéticien a annoncé lundi l’acquisition de Sungevity International, branche européenne d’un fournisseur américain de panneaux solaires placé en faillite au printemps.

Air France baissait de 0,45% à 9,80 euros alors que la direction de la compagnie a transmis dimanche aux syndicats de pilotes un projet d’accord amendé sur le plan stratégique "Trust Together", dont la pierre angulaire est la création d’une compagnie à coûts réduits.

Par ailleurs, le syndicat SNPL des pilotes de Hop ! Air France, filiale court-courrier de la compagnie, a déposé "un préavis de grève initial" pour la période du 3 au 8 juillet.

Cafomdéclinait de 1,69% à 6,99 euros malgré la publication de ventes en hausse de 4,3% au premier semestre, à 209,7 millions d’euros, ses activités de commerce en ligne et outre-mer ayant compensé les difficultés de l’enseigne Habitat.

jra/fka/jmi

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.