La Bourse de Paris accueille avec enthousiasme l’accord européen (+1,13%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le

La Bourse de Paris accueille avec enthousiasme l’accord européen (+1,13%)

A 09H34 , l’indice CAC 40 prenait 57,66 points à 5.150,84 points. La veille, il avait fini en hausse de 0,47%.
"Même si les montants débloqués (à Bruxelles) ne sont qu’une fraction de ce dont aurait besoin l’Italie, l’Espagne ou la Grèce pour sortir de leurs difficultés actuelles" l’accord trouvé cette nuit "établit une forme de dette commune qui peut, en un sens, être considéré comme un tout petit pas vers une intégration budgétaire"et c’est cela qui soutient les indices européens, a noté Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.
Au terme d’un sommet marathon, les dirigeants européens sont en effet parvenus mardi à l’aube à un accord sur un plan historique destiné à soutenir leurs économies frappées par la crise du coronavirus, basé pour la première fois sur une dette commune.
Pour soutenir l’économie européenne qui affronte une récession historique, un fonds de 750 milliards d’euros, qui pourront être empruntés par la Commission sur les marchés est prévu. Il se décompose en 390milliards de subventions, qui seront allouées aux États les plus frappés par la pandémie. Ce sera la dette commune à rembourser par les 27.
Outre ces subventions, 360 milliards d’euros seront disponibles pour des prêts, remboursables par le pays demandeur.
Cette avancée prend d’autant plus de relief qu’elle intervient dans un contexte sanitaire toujours très sombre, avec désormais plus de 600.000 morts du coronavirus dont plus de 80.000 au Brésil et une flambée infectieuse en Floride.
Jusqu’ici les indices se sont distanciés de la poussée des cas et des tensions géopolitiques "en s’accrochant aux bonnes nouvelles sur la voie d’un vaccin ou d’un traitement" contre le Covid-19, a souligné M. Hewson.
L’agenda des indicateurs ne compte pas de données de premier plan.
La saison des résultats continue à monter en puissance enEurope tandis qu’elle bat déjà son plein aux États-Unis avec deux poids lourds attendus mardi, Coca-Cola et Lockheed Martin.

"-" Remy Cointreau en tête -

Sur le terrain des valeurs, Rémy Cointreau prenait la tête de l’indice SBF 120 avec un bond de 4,77% à 140,70 euros. Lesventes du groupe, malmenées par la pandémie qui plombe la consommation d’alcool hors domicile, ont reculé de près d’un tiers au printemps, mais le groupe de spiritueux prévoyait toutefois une chute plus marquée.

Le secteur technologique restait recherché, à l’instar de Soitec (+3,07% à 107,40 euros) et STMicrolectronics (+2,28% à 27,39 euros).

L’automobile avait également le vent en poupe : Renault prenait 3,75% à 25,18 euros, Peugeot 2,29% à 14,95 euros et Valeo 2,95% à 24,78 euros.

Icade grimpait de 2,15% à 59,30 euros. La crise va amputer d’une centaine de millions d’euros les bénéfices du groupe immobilier cette année, qui a néanmoins confirmé son appétit pour les établissements de santé avec une grosse acquisition à l’étranger.

Sartorius Stedim Biotech (SSB) reculait de 1,05% à 281,60 euros, fragilisé par des prises de bénéfices, dans la foulée de la confirmation du relèvement de ses perspectives de résultats pour 2020 grâce à des résultats semestriels en nette hausse. Depuis le 1er janvier le groupe a gagné 89,84%, soit la plus forte performance de l’indice SBF 120.

Virbac montait de 2,83% à 196,20 euros, les prévisions de ventes du groupes ayant dépassé les attentes même si elles seront en probable recul en 2020, après un deuxième trimestre pénalisé par le coronavirus.