La Bourse de Paris accélère et prend brièvement plus de +2%

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

2La Bourse de Paris accélère et prend brièvement 2%2

A 12H12 , l’indice CAC 40 prenait 94,19 points à 4.976,14 points (+1,93%) après avoir pris brièvement 2%, dans un volumed’échanges de 1,4 milliard d’euros. La veille, il avait reculé nettement de 1,12%.

L’action de la BCE "soutient certainement la tendance", explique Renaud Murail, un gérant de Barclays Bourse. "C’est la première explication ce matin" en l’absence de nouvelles macroéconomiques majeures, poursuit-il.

Le vaste programme de rachat de dettes publiques a démarré sur de bons rails lundi, avec 3,2 milliards d’euros de titres acquis au premier jour de l’opération, a déclaré Benoît Coeuré, membre du directoire de la BCE.

L’institution monétaire de Francforta donné le coup d’envoi d’un vaste programme de rachats de dettes publiques et privées, sur le modèle de la Banque d’Angleterre ou de la Réserve fédérale américaine, dont le montant doit atteindre quelque 1.140 milliards d’euros d’ici septembre 2016.

Dans ce contexte, on constate une "accélération baissière de l’euro par rapport au dollar", poursuit M. Murail qui souligne que les investisseurs jouent "cette thématique de la baisse de l’euro qui pourrait favoriser les entreprises exportatrices".

Les valeurs de la cote exposées au dollar bénéficient égalementde ce contexte, souligne Xavier de Villepion, un vendeur d’action chez HPC.

A cela s’ajoute "un baril de pétrole qui a beaucoup de mal à tenir", ce qui constitue "un énorme ballon d’oxygène pour l’Europe", poursuit M. de Villepion.

Le marché mettait temporairement de côtéses inquiétudes sur la Grèce, qui a entamé des discussion techniques à Bruxelles avec ses créanciers.

En vertu de l’accord trouvé fin février, Athènes doit présenter une liste de réformes à faire valider par ses créanciers d’ici fin avril, afin d’obtenir l’aide suspendue depuis l’été, d’environ sept milliards d’euros.

Côté indicateurs, la production industrielle chinoise a progressé de 6,8% sur janvier et février cumulés, par rapport à la période comparable de 2014, un brutal ralentissement confirmant l’essoufflement persistant de la deuxième économie mondiale. Au Royaume-Uni, elle a reculé de 0,1% en janvier sur un mois.

En France, l’économie a détruit 74.000 postes (-0,5%) en 2014 dans le secteur marchand, malgré une stabilisation au 4e trimestre grâce à l’intérim, selon des données définitives moins bonnes que prévu.

Du côté des valeurs, Airbus (+3,16% à 60,74 euros), Safran (+2,42% à 67,68 euros) et Essilor (+2,01% à 106,80 euros) profitaient de la hausse du dollar.

Areva (-0,09% 8,87 euros) ne réagissait pas à l’annonce de la suppression de 1.500 postes en Allemagne entre 2015 et 2017.

JC Decaux perdait 4,76% à 32,30 euros après l’annonce de la vente d’une partie de ses actions par la holding familiale JCDecaux.

De son côté, BioMérieux cédait 3,34% à 92,99 euros après avoir publié pour la troisième année consécutive une baisse de son bénéfice net.

Adocia reculait de 2,42% à 58,97 euros après avoir enregistré une perte nette de 20,7 millions d’euros l’an passé.

Séché Environnement prenait 3,81% à 29,18 euros après avoir annoncé vouloir se lancer dans le traitement des déchets faiblement radioactifs et la création d’une nouvelle branche dédiée à cette activité, baptisée "Séché Energies".

Haulotte Group gagnait 9,14% à 15,64 euros après avoir multiplié par trois son bénéfice net en 2014.

Rémy Cointreau (+4,78% à 68,77 euros) bénéficiait d’un relèvement de recommandation à "acheter" contre "neutre" auparavant par Goldman Sachs.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.