La Bourse de Paris a résisté (+0,05%), malgré les doutes sur l’Italie

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris a résisté (+0,05%), malgré les doutes sur l’Italie

L’indice CAC 40 a pris 2,59 points à 5.640,10 points, dans un volume d’échanges moyen de 3,5 milliards d’euros. La veille, il avait fini en hausse de 0,41%, à son niveau le plus haut depuis la mi-décembre 2007.

Après avoir ouvert quasiment stable, la cote parisienne est restée proche de l’équilibre au cours de la séance, osant toutefois par moment quelques pas dans le vert.

"Le marché a été un peu hésitant maisil reste globalement complaisant, bien orienté sur une dynamique haussière, malgré des sujets d’inquiétudes", a commenté auprès de l’AFP Andréa Tuéni, un analyste de Saxo Banque.

La situation politique en Italie "reste surveillée de près, même si le marché n’a pas eu de réaction importante jusqu’à présent", a-t-il précisé.

Le président italien Sergio Matarella a demandé mardi de nouvelles consultations avant de décider s’il accepte ou non de nommer à la tête du gouvernement Guiseppe Conte, un juriste inconnu du grand public, proposé par le Mouvement5 étoiles et la Ligue (extrême droite). Son refus imposerait de nouvelles élections.

Deux mois et demi après les élections en Italie, la coalition antieuropéenne en train de se mettre en place à Rome ne cache pas ses intentions de pratiquer une politique de relance enlaissant déraper le déficit public et la dette.

"Si le risque venait à se matérialiser de manière plus nette, il pourrait y avoir une réaction un peu plus violente, étant donné que la CAC 40 a enregistré huit semaines consécutives de hausse", a estimé l’analyste.

- Bond d’Iliad -

La faiblesse de l’euro face au dollar ainsi que l’apaisement des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine ont en revancheété des facteurs de soutien lors de la séance du jour, selon l’expert.

L’euro était stable mardi après-midi face au dollar, après avoir atteint la veille un plus bas depuis mi-novembre.

Le ministère chinois des Finances a annoncé dans la matinée que la Chine réduira de25% à 15% ses droits de douane sur les automobiles importées à compter du 1er juillet, une annonce qui intervient quelques jours après l’accord passé avec les Etats-Unis pour régler leurs différends commerciaux.

Du côté des indicateurs, l’agenda était vide.

"Depuis ledébut de la semaine, il n’y a pas beaucoup de nouveautés sur le plan macroéconomique, les investisseurs attendent les minutes de la banque centrale américaine qui seront publiées mercredi et pourraient éventuellement servir de nouveau catalyseur pour le marché", a indiqué M. Tuéni.

Sur le terrain des valeurs, Crédit Agricole a grimpé de 2,75% à 13,26 euros, après avoir remporté une victoire judiciaire face au fisc, représentant un gain d’environ 800 millions d’euros pour le groupe.

Le secteur des télécoms avait le vent en poupe alors que les quatre opérateurs de réseaux fixe et mobile français ont investi près de 10 milliards d’euros en 2017 dans le déploiement de leurs réseaux, hors rémunération des fréquences, un montant record, selon l’Autorité de régulation des télécoms (Arcep).

Iliad a bondi de 7,28% à 141,55 euros, Bouygues s’est élancé de 4,54% à 41,90 euros et Orange de 4,06% à 14,88 euros.

Europacorp a retrouvé quelques couleurs (+2,17% à 2,41 euros) après avoir chuté de plus de 15% la veille. Luc Besson, le PDG de la société de production, est visé par une plainte pour viol, une accusation qu’il dément catégoriquement.

Eurofins est monté de 0,80% à 455,60 euros, soutenu par l’annonce de la reprise en sous-traitance le laboratoire d’analyses du groupe pharmaceutique japonais Astellas.

vac/soe/az