La Bourse de Paris à de nouveaux sommets avant la Fed (+0,45%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris à de nouveaux sommets avant la Fed (+0,45%)

L’indice CAC 40 a gagné 25,73 points à 5.765,87 points, au plus haut depuis fin 2007, dans un volume d’échangesétoffé de 4 milliards d’euros. La veille, il avait fini en modeste hausse .

La cote parisienne a débuté en légère progression et après quelques hésitations a confirmé cette tendance.

"Le marché a continué à osciller autour de ses plus hauts annuels au milieu d’une actualité soutenue", a relevé auprès de l’AFP Andrea Tuéni, un analyste de Saxo Banque.

"Les deux catalyseurs majeurs de la séance ont été la microéconomie et la Fed", a-t-il ajouté, "avec de bons résultats d’entreprises comme ceux de L’Oréal et des déceptions notamment ducôté de Deutsche Bank et Credit Suisse qui ont pesé sur le secteur".

"L’annonce d’une possible fusion entre Fiat Chrysler et Peugeot, deux jours après l’annonce de l’offensive lancée par LVMH sur Tiffany a aussi créé pas mal de mouvements", selon le spécialiste.

Les deuxgroupes automobiles ont confirmé mercredi matin être en pourparlers pour créer le numéro 4 mondial du secteur alors que lundi LVMH avait confirmé avoir fait une offre à Tiffany, l’un des grands noms de la joaillerie, mais les négociations dans ce dernier dossier sont pour l’heure au point mort.

"En ce qui concerne la banque centrale américaine", a poursuivi M. Tuéni, "tout le monde attend une baisse des taux directeurs, donc c’est vraiment sur le discours de son président, Jerome Powell, que les investisseurs vont se concentrer".

Pour la quasi-totalité des investisseurs, la Banque centrale américaine devrait en effet baisser pour la troisième fois d’affilée ses taux directeurs mercredi soir après deux jours de réunion. Ils tomberaient alors entre 1,5% et 1,75%.

En matière d’indicateurs, la croissance de l’économie américaine a très légèrement marqué le pas mais s’est maintenue à un niveau meilleur que prévu au 3e trimestre et le secteur privé aux États-Unis a créé plus d’emplois qu’attendu en octobre.

"Même si ces deux statistiques ont été supérieures aux attentes, le marché ne veut pas tirer de conclusion avant la conférence de presse de la Fed ce soir", a souligné l’expert de Saxo Banque.

Les deux gros dossiers du moment, à savoir le Brexit et la guerre commerciale sino-américaine, sont en revanche passés au second plan.

- L’Oréal sur le podium -

L’Oréal a fini en tête de l’indice CAC 40 en s’adjugeant 7,56% à 263,10 euros, galvanisé par la hausse de ses ventes au troisième trimestre (+11%) à un "niveau record depuis dix ans".

PSA Peugeot Citroën a bondi de 4,53% à 26,05 euros à la suite de l’annonce d’un projet de rapprochement entre PSA et Fiat Chrysler (FCA). A contrario, Renault, qui a renoncé à convoler avec FCA, a fini lanterne rouge avec une baisse de 4,02% à 47,42 euros.

Le secteur bancaire a reculé, affecté par la perte nette publiée par Deutsche Bank au troisième trimestre et celle de la banqued’investissement de Credit Suisse que le groupe suisse a toutefois compensée par sa gestion de fortune et les gains engrangés avec le transfert d’une plateforme de fonds.

Société Générale a ainsi perdu 2,47% à 25,68 euros, Crédit Agricole 2,13% à 11,70 euros et BNP Paribas 2,23%à 46,93 euros.

Airbus a gagné 3,36% à 129,98 euros, les investisseurs retenant davantage la hausse du bénéfice net de 3% au troisième trimestre que la révision à la baisse de ses prévisions de livraisons d’avions pour 2019.

TF1 a fortement souffert (-9,40% à 7,38 euros)de la chute de 33% de son bénéfice net au troisième trimestre.

Enfin, Bénéteau a été très affaibli (-15,39% à 8,41 euros) par la forte chute de son bénéfice net (-19,3%) au cours de son exercice décalé 2018-2019.

abx/tq/LyS