L’Euro au plus bas face au Dollar depuis 12 ans, et ce n’est pas fini...

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

1 € = 1.069$ ce matin à 8 heures 49.

L’euro chutait mardi face au dollar à son plus bas depuis douze ans, plombé par les divergences de politiques entre la BCE et la Réserve fédérale, qui semblaient encore plus flagrantes après des propos d’un responsable de la Fed. Le président de la Fed de Dallas, Richard Fisher, a apporté un soutien au dollar en se prononçant pour une hausse rapide des taux d’intérêt américains, sans quoi la première économie américaine risquait, selon lui, la récession.

Plus aucune raison d’acheter des euros pour les investisseurs financiers...

Cours de l'euro face au dollar "Il n’y a tout simplement aucune raison d’acheter des euros", a résumé David Gilmore, de Foreign Exchange Analytics. "On continue à observer ce qui est en place depuis un moment : une amélioration d’une économie américaine déjà solide, qui laisse croire à un resserrement de la politique monétaire des Etats-Unis dès les prochains mois."

2Une hausse des taux américains, maintenus depuis 2008 près de zéro, rendra le dollar plus rémunérateur2

"La tendance haussière à court terme du dollar a été renforcée par les chiffres meilleurs qu’attendu de l’emploi aux États-Unis (publiés vendredi dernier) qui ont alimenté les spéculations sur le fait que la Fed va relever ses taux à partir du milieu de cette année",a de son côté jugé Lee Halpenny, analyste chez Bank of Tokyo-Mitsubishi.

Les différences semblent désormais "extrêmes" entre la Fed et la Banque centrale européenne (BCE), au lendemain du lancement d’un vaste programme de rachats d’actifs par l’institution de Francfort, a noté David Gilmore.

2La QE européen, la planche à billets, une dévaluation directe de l’euro2

Cette mesure, qui couvrira plus de 1.100 milliards d’euros d’actifs à raison de 60 milliards par mois, doit relancer l’inflation et soutenir l’économie, mais aura comme effet collatéral de diluer la valeur de l’euro.

De plus, la monnaie unique, qui valait encore 1,12 dollar en début de semaine dernière, souffre de "chiffres médiocres", dont un ralentissement de la production industrielle en France et une baisse de celle-ci en Italie, "ainsi que d’incertitudes persistantes sur la Grèce", a estimé Eric Viloria, de Wells Fargo.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.