Jour impair, jour de hausse du CAC 40 (+0,26%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le

La Bourse de Paris repart de l’avant, inspirée par Wall Street (+0,26%)

A 09H42 , l’indice CAC 40 prenait 13,24 points à 5.050,36 points. La veille, il avait fini en baisse de 1,32%.

"Les modestes gains sur les marchés américains" aident les indices européens qui "ont reculé hier affaiblis par une combinaison d’inquiétudes sur la propagation des contaminations et l’escalade dans les tensions entre la Chine et les Etats-Unis", a souligné Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

La bourse deNew York a progressé mercredi, saluant la décision du gouvernement américain d’investir dans un projet de vaccin et mettant de côté le nouveau pallier franchi par Washington dans l’escalade avec Pékin mardi en lui ordonnant de fermer son consulat à Houston.

Les autorités chinoisesont aussitôt menacé de "représailles".

Le marché boursier européen a été "un peu répercuté par le regain de tensions" hier, a également relevé Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

Selon lui, "cette nouvelle escalade dans les tensions n’est pas vraiment inquiétante mais comme elle intervient en plein été, cela crée un peu de volatilité".

"En Europe, le plan de relance européen continue de soulever l’enthousiasme bien que beaucoup reste à faire puisqu’il doit être soumis au Parlement de Strasbourg", a complété l’expert.

La session plénière sera dédiée jeudi au plan de relance et le budget à long terme alors que la situation reste très difficile sur le front sanitaire avec plus de 15 millions de cas du nouveau coronavirus, dont plus de la moitié aux Etats-Unis et en Amérique latine.

Du côté des indicateurs, le climat des affaires en France a poursuivi son redressement en juillet, même s’il reste "nettement en deçà" de son niveau d’avant le confinement.

Le baromètre GfK du moral des consommateurs allemand pour août et aux Etats-Unis, les demandes hebdomadaires d’allocations chômage sont également attendus.

"-" Publicis décolle -

Du côté des valeurs, la saison des résultats rentre dans le vif du sujet.

Publicis décollait de 12,62% à 30,08 euros, grâce à des résultats supérieurs aux attentes, même si le groupe publicitaire a publié un bénéfice net divisé par plus de deux (-60,6%) sur le premier semestre de l’exercice, principalement du fait d’une baisse de ses résultats sur le deuxième trimestre liée à la pandémie.

Soitec gagnait 1,99% à 107,60 euros, le marché s’attachant au maintien de sa prévision d’une stabilité des ventes sur l’ensemble de l’exercice, malgré un chiffre d’affaires en recul de 4,9% sur le premier trimestre de son exercice décalé 2020-2021.

Ingenico gagnait 3,33% à 142,85 euros grâce à une rentabilité en hausse malgré des ventes en baisse de 13% au premier semestre. Le groupe reste sur ses prévisions faites au début de la crise.

Dassault Systèmes reculait de 2,28% à 156,25 euros, les investisseurs s’inquiétant d’une prévision de rentabilité légèrement revue à la baisse alors que le groupe a par ailleurs annoncé une croissance de son chiffre d’affaires de 11% au deuxième trimestre.

STMicroelectronics montait de 3,56% à 27,66 euros après des résultats supérieurs aux prévisions même si le fabricant de semi-conducteurs a publié un bénéfice net divisé quasiment par deux (-43,7%) au deuxième trimestre de son exercice, rattrapé par la crise.
Elior montait de 1,58% à 5,13 euros, dynamisé par des ventes au 3e trimestre supérieures aux attentes, même si le chiffre d’affaire du groupe a été divisé par deux.
Scor souffrait (-2,87% à 24,40 euros). Encore peu affecté par la crise au premier trimestre, le réassureur français Scor est passé dans le rouge au deuxième trimestre.
Ubisoft bénéficiait (+2,83% à 71,98 euros) d’un premier trimestre de son exercice 2020-21 marqué par une progression de 17,6% de son chiffre d’affaires.
Plastic Omnium était pénalisé (-4,09% à 18,53 euros) par son plongeon dans le rouge au premier semestre, liée à l’effondrement du marché automobile mondial.