Hausse historique pour le Dow Jones depuis 1933, la planche à billets sans limite séduit les spéculateurs

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

Le marché a débuté la séance en hausse "dans le sillage de la meilleure journée pour le Dow Jones depuis 1933, sa plus forte progression (en points) de son histoire et le plus important volume jamais connu", a expliqué dans une note John Plassard, spécialiste de l’investissement chez Mirabaud. Pour les investisseurs qui ont un peu de temps devant eux, avec cette période de confinement, ils connaissent la suite des événements, post 1933.
La Bourse de Paris continue à se redresser, soutenue par le plan américain (+2,71%)

A 09H50 , l’indice CAC 40 prenait 115,12 points à 4.357,82 points. La veille, il avait grimpé de 8,39%. La place parisienne s’était envolée mardi, stimulée par la nouvelle salve de mesures annoncées par la Banque centrale américaine. Ces mesures comprennent un achat illimité d’obligations ainsi que divers mécanismes d’aide directe aux entreprises, y compris les PME.

"Cerise sur le gâteau, un compromis a été signé dans la nuit (de mardi à mercredi, NDLR) entre Démocrates et Républicains sur un plan de soutien à l’économie américaine de 2.000 milliards de dollars face à la pandémie de coronavirus", a souligné M. Plassard.

Alors que la première économie mondiale est probablement déjà entrée en récession, ces mesures vont mobiliser autour de 2.000 milliards de dollars. Le texte officiel, et son chiffrage précis, n’avaient pas été publiés lors de l’annonce de l’accord. L’heure du vote n’a pas encore été fixée mercredi. Ce plan devra ensuite être adopté par la Chambre des représentants, contrôlée par les démocrates, avant d’être promulgué par le président américain, Donald Trump. Selon Michael Hewson, analyste chez CMC Markets, le marché est de plus en plus "optimiste" sur l’action des gouvernements. "Les politiciens commencent à comprendre l’ampleur de l’arrêt économique qui s’annonce, alors que le nombre de morts continue d’augmenter en Europe et aux États-Unis", a-t-il estimé.

En revanche, les ministres des Finances européens ne sont pas parvenus à s’entendre mardi sur de nouvelles mesures coordonnées de soutien à l’économie, laissant le soin à leurs dirigeants de décider des meilleures options face au choc engendré par le coronavirus. Les ministres se sont entretenus deux heures durant par visioconférence sans réussir à publier un communiqué commun. Le nouveau coronavirus a fait au moins 18.259 morts dans le monde depuis son apparition en décembre, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles mardi à 19H00 GMT (20H00 à Paris). Plus de 404.020 cas d’infection ont été diagnostiqués dans 175 pays et territoires.
Le coronavirus arrive vraiment aux USA

L’Organisation mondiale de la santé a averti que les Etats-Unis pourraient bientôt dépasser l’Europe en nombre de cas et devenir l’épicentre de la pandémie. Sur le terrain des indicateurs, l’inflation a légèrement ralenti au Royaume-Uni, à 1,7% sur un an au mois de février, soit avant que l’économie se retrouve quasiment à l’arrêt en raison de la pandémie de coronavirus, selon des chiffres officiels publiés mercredi. Le marché prendra également connaissance de l’indice Ifo allemand du climat des affaires pour lemois de mars.

Il analysera ensuite aux Etats-Unis les commandes de biens durables pour le mois de février ainsi que du rapport hebdomadaire sur les stocks de pétrole.
Côté valeurs, Renault progressait de 3,77% à 18,64 euros. Le constructeur automobile français a annoncé mardi l’arrêt "jusqu’à nouvel ordre" de tous ses sites de production en Amérique latine en raison du coronavirus, après avoir pris des mesures similaires en Europe et en Inde. Altice Europe s’envolait de 13,70% à 4,15 euros, après avoir publié un chiffred’affaires en hausse de 5,5% en 2019, à 14,8 milliards d’euros. Le groupe prévoit également une amélioration de ses indicateurs financiers en 2020 malgré le coronavirus. Guerbet augmentait de 3,65% à 29,85%, malgré un recul de son bénéfice net en 2019 qui a notamment souffert d’un effet de comparaison défavorable et de charges exceptionnelles. SMCP, maison-mère des marques Sandro, Maje et Claudie Pierlot, bondissait de 18,32% à 4,30 euros. Le groupe a annoncé mercredi, en marge de ses résultats annuels, s’attendre à un chiffre d’affaires "en baisse d’un peuplus de 20%", à cause de la pandémie de coronavirus.