Fusion PSA / Fiat-Chrysler à 50/50, un accord à l’unanimité, pour devenir le n°4 de l’automobile

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La fusion entre les constructeurs automobiles PSA et Fiat-Chrysler se fera "sans fermeture d’usine" ont assuré ce matin les deux sociétés dans un communiqué commun, précisant que les synergies annuelles sont estimées à "3,7 milliards d’euros".

"C’est quelque chose qui nous rend assez optimistes", a réagi sur franceinfo Patrick Michel, le secrétaire général FO du comité de groupement PSA."PSA a déjà prouvé qu’il savait intégrer d’autres constructeurs avec Opel. C’est une opération réussie deux ans après ce premier mariage", souligne Patrick Michel.

Le syndicaliste voit dans cette alliance, un avantage, "c’est d’avoir accès au marché américain, premier marché du monde, et d’avoir enfin une taille qui permettra de se battre avec les plus grands mondiaux, que sont par exemple Volkswagen ou Toyota".

Patrick Michel assure toutefois que les syndicats resteront "très vigilants". Ils demanderont à PSA, "cette entreprise qui est rentable, de protéger l’emploi de tous les salariés PSA en Europe et dans le monde, et d’abord en France". Le groupe devra "faire profiter ses salariés de cette alliance, avec pourquoi pas la fabrication d’un véhicule Fiat en Europe et pourquoi pas dans une usine en France". Il rappelle qu’avec le mariage avec Opel, l’usine PSA de Sochaux fabrique déjà "un véhicule Grandland X Opel pour tous les clients de cette marque".