FinTech : les banques actuelles doivent créer leur propre concurrence digitale, une question de survie selon TagPay

A l’horizon 2030, 80% des banques actuelles devraient avoir disparues, faute d’avoir passer le cap avec succès de la transformation digitale. Ces banques périssant avec la génération des clients privilégiant encore le contact humain. TagPay, une fintech de services du secteur, préconise que les banques organisent leur propre concurrence, afin de jouer sur tous les tableaux. Les jeunes générations en full digital, et les plus anciennes conservant les canaux de distribution historiques.

Publié le  à 0 h 0

Publicité

OFFRE BOURSE DEGIRO

 Réinventer les banques pour assurer leur survie

Alors que 80% des banques dites traditionnelles seraient menacées de disparaître d’ici à 2030 par manque de véritable stratégie de transformation digitale, ces dernières peinent à réagi, selon le dossier Symposium/ITxpo de Gartner du 29/10/2018. Leurs composants logiciels ne sont plus adaptés aux évolutions technologiques et donc aux nouvelles attentes de leurs clients. Yves
Eonnet, fondateur de TagPay, fintech qui conçoit, installe et opère des Digital Banking Systems (DBS) pour le compte d’établissements financiers, décrypte cette tendance et explique comment son DBS est une réponse pour les banques qui souhaitent se réinventer pour survivre.

 Des logiciels vieillissants

Les opportunités de développement des nouveaux acteurs bancaires (fintech, néo-banques, GAFA) sont de plus en plus nombreuses. 67% des Français estiment que leur banque n’est plus adaptée à leurs besoins1 et 12% seraient même prêts à souscrire à un produit bancaire auprès d’un GAFA2.

Mais si l’existence des banques est ainsi menacée c’est que l’ensemble des composants logiciels qui gèrent les différents services qu’elles offrent à leurs clients (le Core Banking System – CBS) ne répond plus à leurs exigences. Même si les nombreuses innovations incrémentales du CBS leurs ont permis des évolutions technologiques majeures, il arrive aujourd’hui à un point de rupture le rendant incompatible avec l’environnement technologique mouvant actuel.

En se focalisant sur le court terme via par exemple l’automatisation des tâches, les banques mettent de côté leur défi principal qui est de réinventer ce système superficiellement « modernisé » par un nouveau, fondé sur une architecture ouverte, l’agilité et le temps réel.

 Changer de cycle en réinventant la banque

Pour Yves Eonnet, fondateur de TagPay et auteur de Fintech, les banques contre-attaquent (Editions Dunod), les banques ont les ressources nécessaires pour survivre, il convient cependant de réellement les réinventer et non pas seulement de les digitaliser. Selon lui, elles doivent passer par une stratégie de spinoff : la banque crée sa propre concurrence en démarrant une activité fonctionnant sur le Digital Banking System, une plate-forme conçue pour un segment de marché spécifique, sur le cloud, très agile et adaptable aux nouvelles technologies.

La nouvelle banque sera en mesure de répondre en temps réel aux attentes des différents publics en train de lui échapper aujourd’hui (les plus jeunes, les étudiants, les entrepreneurs, etc.) en leur offrant des solutions personnalisées. Grâce à une architecture ouverte elle pourra par exemple s’interfacer avec les différents acteurs de l’économie collaborative (covoiturage, location immobilière, etc.) et devenir un outil de gestion pour les utilisateurs réguliers de ces services.

Yves Eonnet, fondateur de TagPay, conclut : « Il est impossible d’imaginer à quoi ressemblera la banque de demain tant l’évolution des usages et des besoins est rapide. Il est cependant urgent que la banque s’arme d’outils qui lui permettent de faire face à ces changements. Notre Digital Banking System est une vraie révolution qui a déjà fait ses preuves à travers le monde, dans une trentaine de banques. »

 A propos de TagPay

TagPay est le premier fournisseur de Digital Banking System, une plate-forme digitale centrée sur le mobile, dédiée aux établissements financiers qui cherchent à entrer de plain-pied dans le monde digital et mobile. Fondée par Yves Eonnet et Hervé Manceron en 2005, la fintech TagPay a installé sa première plate-forme digitale en Namibie en 2010 et a équipé, depuis, près de 30 banques dans 18 pays émergents à travers le monde et comptabilise plus de 2 millions de comptes clients actifs à ce jour. Depuis 2016, le groupe Société Générale a choisi TagPay pour déployer son nouveau modèle de banque alternatif, YUP, en Afrique.

Avis

Une remarque, un témoignage, une question ?

À lire également

Bourse : une alerte ? faut-il se mettre à l’abri ? Cela ne se déroule pas comme prévu, les comptes sont pas bons Kévin !

En quelques jours seulement, la météo a viré à l’orage sur les marchés financiers. Il aura donc fallu la révélation de deux indicateurs américain (emploi (...)

#Bitcoin Crypto écologie : Tesla n’accepte plus les Bitcoin comme moyen de paiement, car trop polluants

Sans réelle surprise, tant son patron Elon Muisk adore se jouer des médias et des effets d’annonces, Tesla met un terme à la possibilité de régler (...)

Nouveau record de particuliers investisseurs actifs en bourse au premier trimestre 2021

L’AMF, le gendarme de la bourse, confirme le regain d’intérêt des particuliers pour l’investissement en bourse. Les performances haussières des (...)

Résultats Crédit Agricole au premier trimestre 2021 : +171% de bénéfices, 1.75 milliards d’euros

Belle reprise ! Le Crédit Agricole effectue la meilleure progression des banques au premier trimestre 2021. Attention toutefois, cette excellente (...)

NFP (NonFarm Payroll) / Emploi USA : encore un très bon chiffre et c’est le début d’une baisse assurée des indices actions !

Quand les indicateurs économiques sont bons, c’est mauvais signe pour les marchés financiers. Logique ! Depuis que tout le système financier est (...)

Bourse, déconfinement oblige, les indices actions ont eux aussi fortement envie de partir vers le Sud

Baisses marquées des indices actions ce jour. Comme attendu, la spéculation win-win-win semble avoir un trop abusé des bonnes nouvelles. Un petit (...)