Finance responsable, le nouvel indice référence du secteur : Euronext ESG 80

Crédit : stock.adobe.com

Publié le

 Euronext ESG 80

Développé en partenariat avec Vigeo Eiris Moody’s, le nouvel indice s’appellera "Euronext ESG 80", reprenant le sigle des critères (environnementaux, sociaux et de gouvernance) qui régissent la finance responsable. Animés par la volonté de créer "un étalon européen avec des sociétés suffisamment importantes pour assurer un bon niveaude liquidités et qui respectent la répartition sectorielle de la zone euro, nous avons d’abord sélectionné un premier groupe des 300 plus grandes capitalisations", a expliqué à l’AFP Nicolas Rivard, responsable des activités data et indices chez Euronext. "Nous avons appliqué un premier filtre en retirant les 20% les moins performants d’un point de vue social, puis les 20% les moins performants sur la gouvernance. Nous avons exclu toutes les sociétés aux prises avec des controverses et enfin nous avons retiré celles impliquées dans le charbon, le tabac et les armes controversées comme les mines anti-personnel", a-t-il détaillé. "Pour finir, nous avons pris les 80 meilleures en termes de transition vers une économie bas carbone", a-t-il ajouté. L’indice sera révisé tous les ans, sauf en cas de gros problème, auquel cas l’entreprise sera immédiatement retirée.
Air Liquide, Danone, Heineken, Nokia, Kering, Unilever ou encore Deustche Telekom font notamment partie du nouvel indice. Pour mener l’ensemble de ces chantiers, Euronext a travaillé en plus de Vigeo Eiris Moody’s avec Carbone 4, CDP et ISS-ESG. L’indicea été mis en service en avril, pour un rodage opérationnel, comme de coutume, avant son lancement officiel mercredi.

Euronext a en outre décidé de s’investir en faveur de l’économie bleue liée aux océans en en faisant un de ses piliers ESG.

 L’indice "Low Carbon 100" est révisé

La composition de l’indice "Low Carbon 100" , créé en 2008, a aussi été révisée à cette occasion en l’alignant sur les préceptes fixés par l’Accord de Paris pour réduire les émissions de CO2, a détaillé dans un communiqué l’opérateur boursier européen. "Rebâtir nos économies" après la crise du Covid-19 "offre une opportunité d’atteindre de meilleurs standards" en matière durable, a souligné lors d’une conférence téléphonique Stéphane Boujnah, le directeur général d’Euronext.
"L’Europe montre la voie avec son Pacte vert", mais pour relancer l’activité, "il faut que les secteurs publics et privés travaillent ensemble" et Euronext en tant qu’opérateur boursier, avec une implication dans ce domaine qui "date pas d’hier (...) peut jouer un rôle central", a-t-il ajouté.
Pour compléter les deux indices bas carbone, qui constituent l’ossature du dispositif, le groupe a annoncé le développement de plusieurs produits et services pour offrir aux investisseurs un ensemble d’outils et les accompagner en direction d’une croissance durable. Un élargissement de l’offre en matière de dette verte est aussi prévu.